juillet 2017
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Des contacts cet été ?

publié le 05/07/2017 par dans A la recherche d'un job, Afficher dans Marché, Afficher dans Méthode, manuel de survie, Préparer sa candidature

Chercher en été
Bonjour
C’est devenu une banalité mais peut-être fait-il quand même le répéter: l’été est une période assez favorable à la recherche d’un emploi.

.
Une information pour commencer. 
.

Dans les enquêtes que nous réalisons sur l’insertion des jeunes diplômés, année après année, si le taux d’insertion varie, la durée médiane de recherche, pour ceux qui ont trouvé un job au moment de l’enquête ne dépasse pas deux mois. Pour la moitié ça dure moins longtemps. Or deux mois c’est aussi la durée presque minimum d’un recrutement de cadre. Ces gens, et ils sont assez nombreux, qui trouvent un emploi en moins de deux mois, ont donc commencé très tôt, avant leur diplôme je pense. 

.

En tous cas, les postes qu’ils ont pris ne sont plus disponibles pour les autres, version un peu brutale de l’adage « ce qui est fait ,n’est plus à faire. » C’est un premier argument pour se mettre en mouvement très vite.

.

Prendre des vacances est un droit imprescriptible du jeune juste diplômé, j’en conviens. Mais deux mois ne sont pas forcément nécessaire…

.

Il y a des annonces en été. Moins, c’est vrai, mais pas tellement

.

Mais je pense surtout à une approche directe

.

En été les responsables que vous cherchez à joindre sont peut-être un peu moins pressurés, un peu plus libres, un peu plus détendus, qu’ils s ‘apprêtent eu aussi à partir ou qu’ils en reviennent. Un rendez-vous avec vous est aussi un moment assez cool quand même. Pas pour vous, mais pour eux, oui…

.

N’oubliez pas les fondamentaux de la démarche. Vous ne sollicitez pas cet entretien pour avoir un job, ou pour le cas où un poste serait disponible dans l’entreprise. Ne mettez pas de pression inutile, pas d’enjeu direct. Il s’agit pour vous de recueillir avis et conseil et aussi nouveaux contacts pour votre recherche d’emploi. Vous renseigner sur les métiers et les secteurs, leurs activités, leur enjeux, leur environnement concurrentiel, technique et économique. 

.

Je vous recommande de vous préparer à ces démarches en assistant à un atelier à l’Apec, en lisant les articles qui en parlent et les bouquins aussi, il y en a plein. 

C’est une affaire de réseau. Tous ceux qui sont en relation avec vous peuvent vous aider à obtenir un rendez-vous. Vous avez un banquier, un cousin assureur, des parents, des voisins, des profs, des copains de promo ou d’école, de fac, etc. Chacun d’eux a de son côté des voisins, des parents, un banquier, un dentiste, que sais-je ? 

.

Il n’y a pas beaucoup de personnes qui refusent le principe de consacrer une heure de son temps pour donner un coup de main à un jeune qui démarre. Beaucoup au contraire qui refuseront de rencontrer un « candidat » alors qu’ils n’y a pas de poste, qu’ils ont des instructions pour laisser faire le service RH.

.

Mais lors d’un recrutement, si la plupart des candidats ont répondu à une annonce, le fait que celle-ci soit connue, ou connue de quelqu’un qu’on connaît, est évidemment rassurant. Et, vous le savez, rassurer est la première condition pour passer le premier tri, ne pas être éliminé.

.

Alors cet été, allez-y, postulez aux annonces, prenez des contacts, rencontrez des responsables. Ce sera, quoi qu’il arrive, productif. Même si c’est seulement un (et bon) entraînement. 

Commentaire(s)

  1. Bonjour,

    Vos nombreux conseils (sur ce billet notamment) sont d’une banalité déconcertante et très eloignés de la réalité. Par exemple, vous posez le cas d’un jeune diplômé cherchant un poste de cadre, soit un niveau bac +5 (je pense), or la plupart de ces formations contiennent un stage de fin d’étude de 6 mois qui se termine en septembre avec l’obtention du diplôme ce même mois … De même, lorsque vous évoquez le fait de se construire un réseau : c’est tout à fait le moment propice de réaliser une veille sur le marché de l’emploi quand on se rend chez son dentiste ou banquier, aussi lorsque l’on va acheter sa baguette de pain ou faire ces courses … C’est incroyable de proposer une telle vision idéaliste et idéalisée de la recherche d’emploi

  2. Chris

    Je suis désolé que vous trouviez mes billets si peu intéressants. 

    Je vais répondre aux remarques plus spécifiques de votre commentaire, sur la période, le/la dentiste, la/le banquier(e) et la/le boulanger(e) dans un billet à paraître sous peu. il me semble que vos objections méritent d’être lues par tous et que je me dois d’y répondre. 

    Juste sur la première d’entre elles : Il est vrai que certaines formations se terminent par un stage de fin d’études, notamment les formations d’ingénieur. Mais ce n’est pas le cas pour toutes les formations. Par ailleurs, les contacts peuvent parfaitement être prus pendant cette période. Comme je l’ai indiqué dans ce billet, et dans plusieurs autres, nos enquêtes montrent bien tout l’avantage que prennent ceux qui ont commencé leur recherche avant l’obtention de leur diplôme. 

    On touche ici la question du réalisme : Je ne dis pas que c’est facile, que tout le monde peut le faire, je constate que certains le font. Et qu’ils en tirent un avantage concret. Par exemple un étudaint qui est en stage dans une entreprise aura intérêt à tisser sa toile pendant toute la durée de son « séjour » dans l’entreprise. Ainsi, il pourra faire sirculer son CV, intéresser à sa recherche d’emploi les personnes qu’il cotoient et qui ont eux-même un réseau, dans l’entreprise, le groupe, ou en dehors. Par exemple cet étudiant d’un IAE qui a été présenté et recruté dans l’entreprise où travaillait le conjoint de son responsable de stage. De tels contacts ne se prennent pas dans la dernière semaine. Et je confirme, (je reconnsais volontiers la banalité de ce conseil) que l’été est propice au réseautage.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires