avril 2017
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Rassurer ? oui mais comment ?

publié le 13/04/2017 par dans Afficher dans Méthode, manuel de survie, Passer un entretien, Préparer sa candidature

Bonjour

.

Je relis le billet publié mardi 11 avril, qui se termine par "RA-SSU-RER, ne pas ressembler à un clown". Je suis d'accord avec moi-même, c'est déjà bien, mais je pense que cette conclusison en forme d'injonction peut laisser plusieurs d'entre vous sur leur faim. On veut bien rassurer, blogueur, mais comment faire ? Qu'est-ce qui rassure les recruteurs ?

.

J'ai l'impression d'avoir beaucoup donné de réponses à cette question, mais peut-être est-il ncessaire de faire un petit point là dessus. C'est du moins ce que j'ai ressenti après avoir relu mon billet mardi matin.

.

Une évidence, d'abord : Seule une toute petite minorité des personnes qui postulent à une offre d'emploi correspond à 100% au profil qui est décrit dans l'annonce. Celui-ci est forcement un peu maximaliste. Mais surtout, tant pis si je me répète, ce profil  c'est la solution que les responsables ont imaginée pour répondre à leur besoin. ce n'est pas la description du besoin. On imagine que la personne doit être ingénieur, qu'elle a déjà conduit des projets en électonique embarquée, qu'elle est familière de ceci, entrainée à … Cette description est faite de caractéristiques positives, toujours des atouts, des qualités, elle laisse dans l'ombre les handicaps, les lacunes, les défauts, que les candidats, y compris celui ou celle qu'on  recrutera,  présenteront forcement. Evidement on ne va pas écrire "mensonge bienvenu", "managers brutaux acceptés" ou encore "la méconnaissance de la comptabilité anglo-saxonne ne handicapera pas votre candidature". Aujourd'hui, on ne lit même plus "autodidactes acceptés". Pourquoi le ferait-on ?

.

Tout votre travail, mais ce n'est pas mince, c'est pourquoi on y a consacré tant de billets, consiste à

.

– Analyser et comprendre le besoin, le mieux possible; 

.

Exprimer cette compréhension, en insistant sur les enjeux et difficultés de la mission, du moins celles auxquelles vous avez réponse. Genre : il faut maitriser les tehniques de cryogénie . Vous dites ça parce que justement vous avez fait un stage dans ce domaine.

.

– Et dans la foulée proposer votre solution, qui n'est JAMAIS exactement celle imaginée dans l'annonce. Vous êtes peut-être plus jeune (donc plus facile à aligner sur les pratiques souhaitées, et moins cher) ou bien vous avez un diplôme universitaire (donc vous avez subi une incroyable sélection depuis la première année de licence, sélection sur les matières enseignées, pas sur vos résultats de lycée et de prépa); si au contraire vous êtes diplômé(e) d'une école,  montrez-en les avantages.

.

Bref, rassurer, ce n'est pas forcement coller au profil requis, faire une réponse point par point de ce prfil, comme on le dit parfois. 

.

Rassurer, c'est proposer une solution en montrant qu'elle répond au besoin et affirmer ses atouts.

.

Une motivation de qualité est un de ces atouts, mais vous ne pouvez compter que sur une motivation qui motive. Affirmer que la nature du poste vous intéresse "tout particulièrement" sans plus de détails, ou que vous trouvez la perspective de travailler dans cette entreprise " très motivante", ça n'est pas vraiment un argument. Autant ne rien dire. Mais je comprendrais (moi, je ne parle que pour moi) qu'on écrive quelque chose autour de la perspective d'un emploi stable, inscrit dans la durée, après une succession de petits boulots et de CDD courts. Je pense qu'un recruteur comprendra qu'on s'accroche à sa proposition. 

.

Ne jouez pas toutes vos cartouches. Pensez qu'il s'agit de rassurer. En en disant trop, on peut inquiéter. Mais l'eau tiède ne rassure pas, elle ennuie. le juste milieu est un point d'équilibre à trouver; il passe nécessairement par une analyse, peut-être une extrapolation, du besoin, contenu du poste, mais surtout ses enjeux et ses difficultés.

.

A la place du recruteur, à quoi seriez-vous attentifs, ou attentives ? Essayer de comprendre son point de vue permet d'argumenter plus juste. 

.

Prochain billet le 18 avril  : l'étape 2, la sélection. 

 

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires