avril 2017
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Entretiens : Où en est-on ? (1)

publié le 10/04/2017 par dans Afficher dans Méthode, manuel de survie, Passer un entretien, Préparer sa candidature

Bonjour

.

Je présente mes excuses aux trois personnes qui ont pu voir la publication inopinée pendant quelques instants du 2° billet de la série, vendredi 7 vers 16H30. 

;

Il n'est pas toujours facile d'obtenir un entretien et évidemment la pression monte quand on y arrive. Les enjeux sont forts, d'autant plus quand ces entrevues sont rares. Il y a plusieurs formes d'entretiens, on va y revenir, mais ils ont en commun de marquer une étape dans le processus. Je crois qu'il est important d'en prendre conscience, de déterminer où on en est dans le chemin de la décision. 

.

Pour cela, rappelons-nous des trois étapes du traitement des candidatures : le tri, la sélection et le choix. J'ai déjà abordé plusieurs fois ce sujet, pardon pour ceux qui me lisent depuis longtemps. Les autres peuvent se reporter au billet intitulé "ni clown, ni clone":

 .

Même si cela ne correspond pas exactement à l'expérience qu'en ont tous les recruteurs, j'affirme que ces trois étapes sont incontournables, et que ceux qui les mélangent prennent des risques dans leur recrutement. 

.

1/ Le tri ou présélection, ou les éliminatoires 

.
Recevant les dossiers de candidature, le recruteur va éliminer ceux qui correspondent le moins bien aux critères qu’il s’est fixé. Il se peut qu’à ce stade, certaines conditions soient considérées comme rédhibitoires (un diplôme, la maîtrise d’un savoir-faire précis…)

.
Sont ainsi éliminées des candidatures dont certaines caractéristiques sont jugées incompatibles. Autrement dit, des candidatures « trop» (diplômé, expérimenté, spécialisé, généraliste…) ou « pas assez » (diplômé, expérimenté, spécialisé, généraliste…). L’enjeu, pour le candidat est ici de rassurer en démontrant sa conformité ou au moins sa compatibilité avec le profil requis. N'oubliez pas cependant que le profil indiqué dans l'annonce n'est que la solution imaginée par le recruteur. Pas le besoin. Celà peut vous permettre d'argumenter.

.

Cette étape est en général opérée sur dossiers, de plus en plus à l'aide de systèmes qui n'ont d'expert que le nom puisqu'il s'agit simplement de rechercher des mots ou expressions clefs dans les CV. Elle peut être doublée par une phase de vérfication, ou qualification, qui prend la forme, soit d'un genre de questionnaire (les questions y sont fermées, pour déjouer le flou sur les faits), soit d'un rapide entretien téléphonique. On peut y ajouter une ou deux questions qui font déjà avancer les choses. Etes-vous prêt -prête- à venir travailler à Mouillepied-en-Brume ? La fabrication d'armes, ce n'est pas un problème pour vous ? (ou des cigarettes, les armes, c'est plus éthique). .
Des test pour valider vos compétences,qu'on vous fera peut-être passer au cours des premiers entretiens appartiennent aussi à cette phase du processus selon moi.

.

Quoi qu'il en soit, le but est de se retrouver avec une dizaine de CV au plus, quand il n'y a qu'un poste à pourvoir. Il y a là une considération économique, ne l'oubliez pas. 10 entretiens, c'est au moins 15 heures de travail, (il faut bien une demie heure entre la préparation et le rapport qu'on écrit ensuite. Il faut parfois aérer le bureau, en plus,pour évacuer l'eau-de-toilette). Bref, on tourne autour des 500 €. Je ne parle pas des coûts annexes et induits. Chaque entretien supplémentaire a un coût et engendre des complications. 

.

Bref, dans cette première phase,  il vous faut convaincre que vous répondez au besoin, que vous êtes "dans les clous".

;

RA-SSU-RER, ne pas ressembler à un clown. 

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires