mai 2016
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Peut-on se faire recruter malgré les processus de recrutement ?

publié le 13/05/2016 par dans Afficher dans Marché, manuel de survie, Préparer sa candidature

Comme évoqué dans un précédent billet, les processus de recrutement engendrent souvent un manque d'ouverture et d'initiative, et dans la plupart des cas, provoquent le clônage, qui nuit à tout le monde.

.

 

Dans ce billet, j'en désignais 7, et nous avons la dernière fois traité de ceux d'entre eux. Je rappelle les autres, qui sont autant de difficultés sur votre route. Interressons-nous aujourd'hui aux problèmes en amont du recrutement.

.

Le besoin de l'entreprise (les missions à réaliser) est le plus souvent négligé au profit du profil, donc la solution que certaines personnes (gradées) ont imaginé.

Ensuite, la position de la collaboratrice (du collaborateur) en charge de sélectionner les candidatures ne lui permet ni de connaître vraiment la réalité du besoin, ni de remettre en cause le profil (ravages de la notion de client-fournisseur en interne). Pire encore (?) s'il s'agit d'un système automatisé de tri des CV.

Ce respect de ces "contraintes" engendre une communication très axée sur le profil et d'autant moins informative que la langue de bois y règne en maître. Cherchez pour voir une annonce où on dira que le commecial recruté devra restaurer une part de marché en déclin sur ce secteur. c'est pourtant un cas de figure assez courant.

.

 

Que pouvons-nous faire à cela ?

.

Je vous suggère de considérer les annonces comme des enigmes, des textes à trous qui s'ignorent. Il faut en effet reconstituer le besoin en partant de la solution imaginée. Voyez à ce sujet plusieurs billets où la question a été abordée :

.

Lieux communs pleins de sens

.

Analyser une annonce (1)

;

Analyser une annonce (2)

.

Recruteurs : qu'ont-ils donc dans la tête quand ils rédigent une offre ?

.

Votre travail, il est ardu, j'en conviens. Lisez bien l'annonce, certes, mais aussi toutes celles qui portent sur des missions similaires, en retenant le vocabulaire et ce que vous glanerez sur les missions;  analysez les études métiers et compétences et  les fiches métiers de l'Apec,  celles de Pole emploi peut-être aussi celles de l'ONISEP, de la branche en question; allez aussi chercher les professionnels qui exercent ce métier, sur les réseaux sociaux, parmi les anciens de votre fac ou école, …

.

Tout cela pour vous faire une idée de plus en plus précise de ce sont ces missions, pour pouvoir compléter le "texte à trous".

.

Je sais que cela peut paraître un travail de titan pour un résultat un peu aléatoire. Mais sinon, que se passe-t-il ? vous voyez une annonce pour un poste qui vous motive vraiment, mais vous n'avez pas vraiment le profil requis. Que faire ? Si vous voulez avoir la moindre chance de faire bouger les lignes un tant soit peu, il vous faut argumenter, avec d'autant plus de vigueur que la personne qui opère la sélection a peu de pouvoirs réels sur le cahier des charges. Voir le billet : Tu m'achèteras un soda ? qui traite justement de cette question de l'argumentation de la différence.

.

Vous ne pouvez vous contenter de renoncer, mais pas non plus de considérer que faute de trouver un candidat qui correspond exactement au profil on va finir par vous recevoir en entretien.

.

Quels sont vos atouts si on se concentre sur le contenu des missions ? que feriez-vous si vous étiez recruté(e) ?

.

Voilà ce qu'il faut arriver à mettre en avant. Pour cela, connaître au moins l'essentiel des missions est nécessaire. En effet, à la question "que savez-vous faire ? " il peut être difficile de répondre, dans l'absolu, comme ça. Mais devant une série de choses à faire, vous êtes nécessairement plus à l'aise pour trouver des points d'appuis.

.

Les fidèles vont peut-être penser que c'est une obsession, chez moi, la recherche d'information. Ils n'auront pas tord. Au fond, c'est pour cela qu'on a inventé la marketing. Cerner les besoins et habitudes des acheteurs potentiel, pour concevoir des produits et services (vous pouvez par exemple prendre conscience de l'importance d'une formation complémentaire), les mettre mieux en valeur (certaines de vos compétences sont peut-êter oubliées ou "reléguées" dans votre cv) et les "habiller" le plus joliment possible : les mots pour le dire, les illustrations de ce que vous dites etc.
.

N'oubliez jamais ça : parlez moi de moi, l n'y a que ça qui m'intéresse.

.

Il est aussi possible que le travail d'investigation que vous aurez mené vous conduise à ne pas postuler. J'oserais dire "tant mieux". Pas de déception, si c'est vous qui décidez,  sur la foi d'informations réelles et pas juste par découragement devant le "profil".

.

Vous êtes encore là ? allez, hop, au boulot.

.

PS :  pour rune raison que j'ignore, les liens ne se sont pas affichés en bleu. Je les ai donc remis de cette couleur, mais les soulignements sont restés en noir. C'est comme ça.

 

 

 

 

 

Commentaire(s)

  1. A propos du « robinet d’eau tiède et des omissions dans la communication de recrutement, qui privent les candidats de la possibilité d’argumenter réellement », je voudrais ajouter que peu de gens, en réalité, prennent conscience des effets secondaires d’une communication très « publicitaire », très « vendeuse » pour faire venir des candidats et l’Apec, lorsqu’elle veut remonter ce courant, se heurte souvent à une incompréhension assez rigide de la part des entreprises, notamment les plus importantes, les plus organisées en matière de communication. On transforme le candidat en client, au risque de complètement brouiller la relation future, qui est quand même faite, aussi (mais pas seulement, je le reconnais) de subordination, c’est à dire de choses qu’on n’a pas envie de faire…et qu’on fait quand même. Ne vous laissez pas bercer ou berner par le discours très formaté des annonces.

    Apprenez au contraire à lire entre les lignes de l’annonce, comme évoqué dans le dernier billet.

    Pour sourire, je vous renvoie à la blague racontée dans un très ancien billet intitulé « Un DRH en enfer »

    Bon courage à tous

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires