décembre 2015
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Questions hallucinantes en entretien

publié le 22/12/2015 par dans A la recherche d'un job, manuel de survie, Passer un entretien

Et réponses parfois bizarres aussi . 

Je viens de recevoir la NL de JDN  Management, qui renvoie sur une présentation des pires échanges vécus par les contributeur de leur forum

C'est incroyable. On dirait que les internautes ont inventé certaines situations, tellement elles sont caricaturales.

4 remarques : 

1- Il est en principe interdit de poser des questions sur la vie privée (projets d'enfants, emploi des conjoints et des parents, religion, opinions politiques, etc.) et cela vous donne la possibilité,  si vous estimez avoir été victime d’une discrimination lors d’un entretien d’embauche, vous pouvez décider de saisir le Défenseur des Droits, eventuellement aussi le Conseil des prud’hommes ou encore porter plainte auprès du procureur de la République ou de l’inspection du travail . L’auteur d’une discrimination peut encourir jusqu’à trois ans de prison ainsi qu’une amende se montant jusqu’à 45.000 euros. 

Evidemment oubliez l'emploi qui était en jeu. Vous ne pouvez pas prétendre faire condamner ou même sermonner l'employeur et être embauché. 

.

2- Parmi les questions ou remarques que les candidats considèrent comme inadmissibles, il y a  des sujets justifiables du point de vue de la Loi, ou de la simple humanité. Il se peut en effet que les contraintes liées à cet emploi le rendent très difficile à tenir pour certaines personnes. Vous ne pouvez pas habiter à deux heures de route et accepter une astreinte de nuit qui suppose que vous soyez sur le site en 10 minutes en pleine nuit. Vous ne pouvez pas promener des touristes toute la journée sur un site industriel si vous boitez ou vous déplacez avec difficulté. etc.

De mon point de vue, il y a des sujets que vous ne devriez pas éviter, qui ne sont pas directement intéressants pour le job mais ce sont aussi des informations que la personne qui va vous diriger, par exemple, a envie de savoir, pour mieux vous connaître. Les hommes, évidemment sont plus ouverts sur certaines questions, moins piégeuses pour eux que pour les femmes (situation maritale, enfants)… 

.

Au cours d'un entretien à Annecy, on a demandé à Tifany "si je pensais pouvoir m'en sortir financièrement au vu du niveau de vie local si j'étais prise pour le poste." Elle raconte qu'elle a "trouvé la question plutôt déplacée." 

"Pour moi, dit Tifany,  elle induisait que vu là d'où je venais, je n'étais pas habituée à vivre sur un niveau de vie tel que celui d'une ville comme Annecy. J'ai répondu, peut-être un peu sèchement, que si j'avais postulé c'est que j'avais pris en compte tous les paramètres et que ça ne poserait donc aucun problème."

Ici, la question est peut-être maladroitement posée, mais, entre nous, je pense que Tifany se vante en prétendant qu'elle avait tout calculé. La mettre en garde à ce propos relève de la prudence, dans une entreprise qui a peut-être connu plusieurs difficultés à ce sujet… Vous me direz, il suffit de bien rémunérer les salariés. Mais en tous cas, je trouve que le sujet… n'est pas hors sujet !

.

Comment faire, si on recrute pour une structure de nature religieuse ou politique ? Il est quand même utile de bien faire réfléchir le candidat sur la réalité de sa vie professionnelle. Il peut être difficile à un anti-sioniste déclaré de travailler dans une association juive. Ou a un syndicaliste convaincu dans un syndicat d'employeurs. 

 

.

3- Au vu des commentaires de ce forum, je vous engage à éviter l'humour, si vous n'avez pas la certitude d'être vraiment bon dans le genre. En tous cas ce que j'ai lu m'a semblé navrant. Pour rester sur l'histoire de Tifany, quelqu'un lui répond  "Vous auriez pu lui proposer de vous accorder un salaire correspondant au niveau le plus élevé de la fourchette du salaire proposé, et le remercier de tant de sollicitude à votre égard. L'humour peut s'avérer une arme efficace dans certaines circonstances !"

Voilà voilà. Alors, comment vous dire… Vous trouvez ça drôle, vous ? 

.

4- Enfin, je vous invite aussi à calmer le jeu, à ne pas vous sentir harcelée si quelqu'un dit "mademoiselle" et non "madame",  ou si on vous demande si vous aimez la campagne, et surtout à déterminer ce qui est pour vous la ligne infranchissable. Je suppose que pour cela, il pourrait être utile de savoir ce que prescrit la Loi et que rappelle très justement une page du site de  "Face à l'Emploi". 

Il y est dit aussi que, pour autant, vous pouvez garder votre calme et ne vous alarmer que si la personne persiste à aborder ce genre de sujets. 

Mais vous voyez bien que toutes les questions évoquées ne sont pas toutes également intrusives. Enfin en tous cas c'est mon opinion. 

A ce propos, vous autres, jeunes, devez savoir que pour les personnes des générations plus anciennes, certains sujets pour vous exclus ont été, sont encore si on n'est pas un pro, tout à fait "normaux", des sujets de conversation. je pense à la situation de famille, aux représentations du travail dans la famille. Il y a beaucoup de patrons de PME par exemple qui aiment recruter des gens dont les parents ont eu leur propre affaire, quelque soit sa taille. l'esprit d'entreprise, la responsabilité, etc y sont selon eux attachés. On peut (comme moi) contester ces idées pour ce qu'elles sont, des préjugés, mais il reste qu'elles existent. Dès lors, les questions sur vos origines familiales ne sont pas, dans leur esprit, intrusives ou préalables à de la discrimination.

.

Je veux dire que les limites ont bougé et que la zone de tolérance s'est réduite avec le temps. Tenez compte d'un effet de génération; après tout, ce n'est pas toujours la question qui gêne, mais l'usage qu'on pourrait faire de la réponse; et donc de l'intention, supposée, de la personne. 

.

En guise de conclusion, n'oubliez pas que la décision de recruter, dans le secteur privé, reste discrétionnaire. 

Commentaire(s)

  1. Bonjour Jean-Marie,

     

    en ce qui concerne la question 3, j’ai peur de ne pas comprendre:

    Est-ce que l’entreprise qui recrute a vraiment demandé à l’impétrante si elle aurait les moyens de vivre à Annecy (induisant de ce fait que ce serait dur étant donné le salaire proposé?). Si c’est le cas, je trouve qu’ils manquent surement moins de culot que d’argent…

     

    Bonnes fêtes,

  2. Bonjour Fabrice, et tous mes vœux.
    Voici un lien vers le témoignage de Tifany Ils lui ont demandé si elle « pensait s’en sortir » à Annecy. Venant d’une région où la vie est réputée moins chère. Pardon d’insister, mais l’entreprise peut rémunérer à haut niveau pour le poste (selon les standards de la branche en France) et que ce différentiel, néanmoins, lui paraisse devoir être signalé. Peut-être a-t-elle connu des périodes d’essai non concluantes dues à ce phénomène. Evidemment, sans connaître plus de détails dans cette affaire, on peut aussi penser que l’employeur n’a qu’à donner des rémunérations à la hauteur. Mais ils sont concurrencés sur ce point par la Suisse, impossible de suivre…

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires