301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
juillet 2015
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Salaires, de quoi parle-t-on ?

publié le 30/07/2015 par dans Emploi

Je vous avais promis, d’aborder la question du salaire, nous y voici.

Plusieurs points en réalité :

 

1 – De quoi parle-t-on ? comment le salaire est-il calculé, qu’est-ce qui vous est finalement versé, quelles modalités pouvez-vous rencontrer ? C’est le sujet de ce billet.

 

2 – Faut-il demander un salaire ? Doit-on répondre à la demande concernant les « prétentions » ? Peut-on et comment, ne pas répondre ? Que valent les données qui sont publiées, ici et là, sur les salaires, et comment les utiliser ?

 

3 – Peut-on (et doit-on) négocier ? Comment ?

 

– Etc., c’est à dire toute autre question que vous auriez à me poser … Et à laquelle je saurais répondre !

 

–————-

 

Alors, De quoi parle-t-on ?

 

En général, c’est à dire sauf indication contraire, un salaire est stipulé en montant annuel brut.

 

Le salaire « brut » est un concept abstrait. Ce n’est ni le coût pour l’employeur ni ce que vous touchez, mais l’addition de votre salaire immédiat et des retenues dites « sociales » parfois décrites comme un salaire différé. 

.

Ce sont des sommes que l’employeur met à votre crédit, mais qu’il doit verser, en votre nom, aux organismes sociaux et à l’Etat. Ca ressemble à une subtilité hypocrite, mais c’est le salaire brut qui sert de base aux calculs. Cet argent des cotisations salariales est à vous, ne pas le verser aux organismes sociaux ou à l’Etat serait de la part de l’employeur une escroquerie, au sens pénal du mot. A ces cotisations s’ajoutent des prestations payantes, comme les tickets restaurants, dont une part est à votre charge, et à l’inverse, des versements supplémentaires de l’employeur, comme le remboursement de la carte navigo pour les franciliens et des indemnisations forfaitaires pour dépenses professionnelles (blouses, chaussures de sécurité, blanchissage etc) dans certains cas.

 ´

Les cotisations patronales, sont, comme leur nom l’indiquent,  à la charge de l’employeur en plus de votre salaire brut . Les unes sont la part patronale des cotisations sociales déjà cité, d’autres n’ont pas d’équivalent pour le salarié. 

´

Pour mieux comprendre, voici un lien vers un spécimen interactif de bulletin de salaire proposé par un prestataire de service dans ce domaine : ADP

´

Dans l’exemple qui est donné sur cette page, le salaire brut est de 3200 Euros. Il sert de pivot à tous les calculs. Le salarié se voit retirer (hors tickets restaurant) 765 €, environ 24 % de son salaire brut et son salaire net est donc de 2315,21 €.  Cela peut varier un peu d’une entreprise à l’autre, notamment à cause du coût de la mutuelle santé et « prévoyance » (assurance vie/invalidité). Je crois que la moyenne est de 22%.

´

Les cotisations patronales sont quant à elles d’un peu plus de 51%, (tickets restaurants inclus, c’est une dépense sans contrepartie, pour l’employeur) soit 1642 € et donc le coût salarial direct est pour lui de 4842€. 

´

Gardez bien ces proportions en tête : sur un coût salarial de 100, (ce que dépense l’employeur) vous touchez environ 48, mais vous percevez sous forme de « salaire différé » (les cotisations) en plus environ 16 € et un peu moins de 3 va à la CSG/RDS. votre rémunération totale (le salaire brut) est donc d’environ 67. 

´

Plus prosaïquement, le salaire net est d’environ 78% du brut.

´

Voici une représentation graphique de ces chiffres :

‘  

.

 Ce salaire peut être versé en 12, 13 voire 14 mois ou plus ce n’est pas pareil du point de vue de votre trésorerie ! Soyez-y attentifs.

´

Mais un salaire peut comprendre une partie fixe et une ou plusieurs composantes variables, indexées sur les résultats obtenus par vous ou votre équipe, le département dont vous faites partie, l’entreprise…

´

 Cette partie variable peut aussi prendre la forme d’un intéressement versé sur un compte d’épargne, etc.

´

La rémunération peut aussi comprendre des avantages en nature. Les titres restaurant sont rarement comptés comme tels, mais vous pouvez  trouver d’autres avantages : voiture, logement, etc. Ce n’est pas courant pour des jeunes diplômés. Mais si c’est le cas je vous invite à y regarder de près. Un logement, ça peut être un réel plus, mais si vous ne voulez pas y habiter, ou s’il est 5 fois trop grand ou trop petit vous voilà embarqué dans une négociation compliquée.

´

Il peut aussi y avoir un système de « surcomplementaire« , c’est à dire de mutuelle au-delà de la mutuelle, de cotisation prévoyance améliorée.

´

Il vous faut donc savoir ce que l’entreprise met dans le « package » (paquet, ça ferait un peu ringard, je suppose). Je ne crois pas que le recruteur cherchera à dissimuler les choses, mais parfois, sur l’annonce, le montant avancé est une estimation globale, comprenant des parts variables et des avantages dont le montant est évalué. 

 ´

Par exemple si on annonce 37000 € ca peut être :

´

– un salaire brut fixe de 37000 € sur 13 mois ce qui fait environ 2220 € nets par mois

ou

– Un fixe de 30000€ brut, plus un variable qui peut aller de 0 à 15000€ mais qu’on a estimé à la moitié, « pour être honnête et réaliste » et la mise à disposition d’un véhicule, dont l’évaluation est faite conformément aux règles fiscale, par exemple autour de 200 € par mois. Le variable peut être calculé et versé chaque mois, chaque trimestre ou semestre, ou être versé en une fois et constituer alors une sorte de 13° ou 14° mois. 

´

Par exemple, ici, on aurait peut-être un salaire brut de 12 X (2500€ + 200€)= 2700€, mais un net de 1906€. Les charges sont calculées sur le salaire augmenté de l’avantage fiscal, elles sont déduite du salaire brut sans cet avantage, bien-sûr. En fin d’année, le salarié touchera une prime de résultat allant de 0 à 15000€, pourquoi pas 7000€ bruts soit 1540€ nets. Ca fait bien 37000€, il n’est pas douteux que le coût d’une voiture est au moins de 200€ par mois, mais ce n’est pas du tout pareil qu’un salaire en € !

 ´

´

Voilà de quoi réfléchir, calculer, envisager…

 ´
 

—————

PS De retour de congés, je constate que l’affichage du blog est défaillant. On va corriger ça, promis: Demain, j’apporte ma boite à outils.;-)

 

Commentaire(s)

  1. Une commission, dirigée par  JC Scriberras, DRH de Solvay et ancien  président de l’ANDRH, a travaillé à la demande du gouvernement sur une simplification du bulletin de salaire

    Vous trouverez le résultat de ces travaux dans la presse, en particulier sur le site de l’Express :

    http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/infographie-la-fiche-de-paie-simplifiee-decortiquee_1611066.html

    Je suis un peu sceptique sur le bénéfice apporté, sauf peut-être que la destination des sommes collectées (maladie, vieillesse, etc) serait plus nette. Cela reste à démontrer…
    Les charges patronales disparaissent et je trouve cela dommage. il me parait sain que le salarié sache combien son salaire coute réellement. cette mesure est donc contre-productive selon moi.

    Sur les charges patronales, et le rapport net/brut, vous trouverez des éléments complets dans ce papier du Figaro. http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/07/29/29006-20150729ARTFIG00006-en-france-pour-100-euros-nets-il-faut-235-euros-de-salaire-super-brut.php

    (la notion de « super brut comprend les impôts)

    Papier franchement militant,  vous le verrez.  Sur ces questions, l’information neutre est rare.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx