mai 2015
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Impliqué(e) et concerné(e)

publié le 20/05/2015 par dans Afficher dans Méthode, Idées fausses, Passer un entretien, Préparer sa candidature

Ce sont des aphorismes métaphoriques au raz des pâquerettes, mais ils me plaisent et je voudrais les réunir ici pour vous faire toucher du doigt  le déséquilibre des positions entre candidats et recruteurs.

.

Premier aphorisme :

.

Dans l'omelette au jambon, la poule est concernée, le porc est impliqué.

.

Vous, vous êtes impliqué(-e) dans votre candidature, dans la demande de réponse.

Votre interlocuteur (-trice) n'est, au mieux,  que concerné(e). Ni vous ni elle ou lui n'y peut rien, vos positions et vos objectifs sont différents.

.

Cette  personne est impliquée dans un recrutement éventuellement difficile, stratégique, ou critique, peut-être dans un contexte de forte pression sur elle. Elle constate que,  impliqué(e) dans votre candidature, vous n'êtes, au mieux, que concerné(e) par la réussite de son projet à elle, le recrutement. En insistant pour avoir une réponse, par exemple, vous ajoutez à la sensation de pression qui pèse sur elle.

.

Vous pensez que votre situation de chercheur d'emploi est bien plus angoissante et négative que la sienne, et voyez ses difficultés comme un "problème de riche". Vous pestez contre son incompréhension, son manque d'empathie à votre égard.

.

De son côté, les relances, les commentaires qu'on lit sur les forums au sujet des recruteurs sont vécus comme injustes et peu réalistes.

******************

J'en viens à ma deuxième métaphore :

.

Il y a des bergers qui s'intéressent aux moutons pour la viande,

d'autres  pour leur laine,

d'autres encore, pour le lait des brebis

Mais aucun ne s'intéresse aux moutons pour eux-mêmes.

.

L'empathie de chaque protagoniste d'un recrutement envers l'autre est modérée à nulle.

C'est sans doute dommage, mais on ne peut pas demander à un recruteur de s'intéresser à votre sort, aux difficultés que vous rencontrez , comme le font vos parents ou vos amis. Lui se sentira donc au mieux concerné, par empathie, peut-être due à ce que l'un de ses proches est dans cette situation.

.

Vous, vous ne ressentez pas non plus beaucoup d'intérêt pour ses propres difficultés, que parfois vous ignorez carrément. On vous a tellement dit qu'il y a une foule de candidats que la difficulté de recruter ne vous paraît pas évidente. Et pourtant, qui a déjà eu 150 CV à lire sait de quoi je parle.

.

Filons la métaphore : qu'est-ce que c'est, chez vous,"le lait, la laine, la viande" ? A quoi le recruteur s'intéresse-t-il vraiment ? Ils disent en général que c'est à  vous en tant que personne. Mais c'est une figure de style, en réalité. Une métonymie, pour être précis, qui consiste à désigner une partie par le tout, ou si vous préférez, le contenu (des aptitudes, des traits de caractère)  par le contenant (la personnalité, ou la personne). Comme le berger, quand il dit "mouton, pense "laine".

.

De votre côté, vous opérez aussi une sorte de métonymie, lorsque vous dites que vous vous intéressez à l'entreprise, aux missions, etc. en fait vous visez tel ou tel aspect, ce que ça va vous rapporter.

.

Un exemple type d'expression métonymique de candidat, c'est quand il ou elle affirme rechercher des "responsabilités". en réalité,  c'est le pouvoir, la position, le salaire qui importent au candidat, et non la responsabilité qu'il devra endosser en contrepartie. De même que  ce n'est pas la bonne santé du mouton qui importe, en elle-même,  au berger, quoi qu'il en dise.

.

Si on n'y prend pas garde, donc, bien des incompréhensions, des quiproquos peuvent s'installer entre vous et l'entreprise.

Deux pistes pour vous :

.

1. Forcer votre empathie : Vous seriez beaucoup plus habiles, si justement vous preniez, vous preniez vraiment, en considération les problématiques des recruteurs, ce qui les implique, parce qu'alors vous comprendriez et décoderiez leurs postures, leurs actes, grâce à une grille de lecture plus juste. Vous pouvez vous efforcer de vous sentir presque impliqué(e) dans la réussite du recrutement, pas seulement dans le résultat de votre candidature. Cela vous permettra en plus, peut-être d'y gagner une sensation de connivence.

.

Je vous recommande de lire tout ce que vous pourrez trouver,  sur internet, dans les bibliothèques ou médiathèques, les revues professionnelles, les réseaux sociaux,  sur le recrutement, vu par les recruteurs. les conseils dont on les abreuve. Comprenez la problématique.

.

Pour commencer, allez jeter un oeil sur le blog "RH" sur apec.fr. Mes collègues y développent plein d'idées qui sont purement destinées aux professionnels des RH en entreprise. Il y a 141 Billets dans la catégorie "recrutement", que j'ai sélectionnée pour le lien ci-contre.

.

.
2/  L'autre piste que je vous propose,   c'est de vous efforcer à communiquer avec eux en tenant compte, voire en vous appuyant sur le manque d'implication et le regard partiel, "métonymique" en quelque sorte, que le recruteur pose sur vous.

.

Clairement, on parle toujours trop de soi-même ; pour autant, en parlant de ce que vous pouvez faire, des missions,  de l'entreprise, etc, il faut que vous donniez des exemples, que vous évoquiez des situations vécues par vous, montriez vos convictions. Ainsi, ce qu'on a besoin de savoir sur vous (personnalité) apparaîtra parfaitement, mais on restera sur le sujet qui est impliquant pour le recruteur. (on parlera de lait et de laine, pas du ressenti des moutons).

.

PS Veuillez ne pas tenir compte du parallèle que vous pourriez trouver incongru entre des moutons et des candidats. C'est la limite des métaphores… Ne regardez pas le doigt, regardez ce qu'il vous désigne…

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires