avril 2014
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Le témoignage d’Alix : comment elle a trouvé un job

publié le 09/04/2014 par dans A la recherche d'un job, Afficher dans Méthode, Préparer sa candidature

Alix m'avait écrit il y a un moment pour m'annoncer -c'est vraiment sympa- qu'elle avait trouvé un job. Je lui avais demandé si elle voulait bien nous faire le récit de cette recherche d'emploi réussie. Elle n'en a pas eu le temps jusqu'à maintenant et je la comprend, un premier job c'est prenant. Mais elle nous livre aujourd'hui ce témoignage et je l'en remercie de tout cœur parce que c'est un vrai travail de rédaction. Je vous le livre en deux temps : D'abord la définition d'une tactique et les,outils, et demain le réseau et une conclusion. Merci Alix ! Diplômée récemment de l’ESC Bordeaux, je ne savais pas trop vers où me diriger. En discutant autour de moi, je me suis rendue compte qu’il y avait un grand nombre d’organismes qui pourrait m’aider. J’aime me débrouiller toute seule mais en faisant appel à l’APEC j’ai pu trouver une aide supplémentaire dans mes recherches sans que ce soit trop prenant.

 

Etape 1 : Je commence où ?

Pour moi, il existe 2 types de recherches : soit je réponds à toutes les offres qui m’intéressent, je relance et j’attends les réponses, soit je fais du réseautage « à hautes doses ».

La première solution est bien lorsque : – on a une idée précise de ce que l’on veut – il existe beaucoup d’offres correspondant à ce que l’on cherche – On correspond au profil demandé – le processus de recrutement est très normé (envoi de cv, entretien collectif, entretien RH, entretien opérationnel…).

Dans le second cas, c’est plus informel, plus long mais plus qualitatif à mon sens. C’est plutôt cette forme de recherche que j’ai choisi car : – je n’avais pas forcément d’idées précises de ce que je voulais faire mais j’avais des pistes de métiers ou de secteurs qui m’intéressaient – je privilégiais les face-à-face (déjeuner, rdv dans les locaux…) ou les rdv téléphoniques car j’avais besoin de sentir les choses et de me sentir vraiment active dans ma recherche. c’était aussi l’occasion de prendre le temps de comprendre le métier/secteur, de poser toutes mes questions puis d’adapter mon discours de « vente (de mon CV) » en fonction de l’interlocuteur. Le secteur des agences de communication vers lequel je me suis dirigée par la suite impliquait aussi ce type de recherche car toutes les offres n’étaient pas forcément en ligne et elles privilégiaient beaucoup le relationnel et les recommandations.

 

Etape 2 : Les outils

Pour moi c’était la partie la moins drôle car j’avais l’impression que dès que je travaillais sur mon CV et que je le montrais à quelqu’un, il n’était jamais bien ! J’en ai fait plusieurs mais aucun ne me plaisaient, je me disais que c’était ce qu’il fallait faire. Mais en fait, ils ne me correspondaient pas alors pourquoi s’acharner à faire un truc moche ?! J’ai finalement fait 2 versions qui me plaisaient : pas trop de chichis mais sympas, pro mais pas trop strictes, détaillées mais pas trop. Pour la lettre de motivation, c’était une autre paire de manche. Plus j’en faisais plus je les trouvais creuses et banales. Je voulais avoir un esprit, une trame qui pourrait me guider dans mes prochaines lettres. Et c’est en lisant le blog de Jean-Marie Blanc que j’ai trouvé des clefs pour la rédiger. Je lui ai envoyé ma lettre et il m’a répondu très vite en me donnant d’autres conseils. Pour ces 2 outils fondamentaux, j’ai presque demandé à toutes les personnes que j’ai rencontrées de me donner leur avis sur la formes, le fond, l’adéquation avec le métier/secteur, les mots clefs… Après, il fallait juste faire le tri et choisir ce qui me plaisait et me correspondait.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires