novembre 2013
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Economie Sociale & Solidaire, suite

publié le 12/11/2013 par dans Afficher dans Marché, Emploi

Bonjour On a parlé déjà de l'ESS. ce nouveau billet pour, tout à la fois, enfonçer le clou et faire une petite mise en garde que je crois utile.

D'abord des élémentscomplémentaires de compréhension. Ce petit schéma est assez explicite sur ce que ESS veut dire pour l'essentiel.

Il se trouve que l'enquête de l'Apec "le marché de l'emploi cadre dans l'économie sociale et solidaire",  publiée ces jours-ci permet de mieux cerner les emplois cadres dans ce secteur et la bonne santé de ce marché de l'emploi, qui et moins que d'autres sensible à la conjoncture, au moins directement. Evidemment, quand les budgets publics sont compressés, ceux qui en dépendent en souffrent…

Voici aussi un lien vers une page du portail de l'ESS, concernant plus spécialement les jeunes.

 

 

Voilà pour les compléments et le côté positif. Il est clair que ce sont pour beaucoup des structures dont les valeurs peuvent être enthousiasmantes. 

Mais je voudrais aussi vous faire deux remarques :

– Ce qui fait l'épanouissement professionnel, c'est pour l'essentiel le contenu de votre job et les relations avec votre environnement immédiat (patron direct, équipe de travail, relations au quotidien avec l'extérieur, clients, usagers, partenaires, fournisseurs, etc). Pas l'image de la boite ou ses valeurs morales. Je veux dire que travailler dans une mutuelle ou travailler dans une compagnie d'assurance privée peut se révéler, à l'expérience, très comparable. Tant mieux si le petit plus apporté par l'orientation de la première vous séduit plus. Mais ce n'est pas si évident. j'insiste : c'est le quotidien et la nature du travail, des responsabilités qui fait la différence. Toutes nos enquêtes le confirment.

– En plus de cela, il se trouve que les employeurs de ce secteur ne sont pas tous très respectueux, pas tous ouverts, sympa, etc. On m'en a raconté de belles, entre la jeune doctorante à qui on explique après 6 mois de travail que finalement on ne peut pas la payer (association de protection de la nature, animée par un prof qui, quant à lui, touche scrupuleusement  son traitement) le chargé de mission littéralement harcelé par ses patrons, élus d'une association très propre  sur elle, ceux qui sont payés en liquide, ceux qui sont virés en 5 minutes sur une "faute grave" qu'on mettra un an à fabriquer… Ce n'est pas une spécialité de l'ESS, mais elle n'est pas épargnée, avec une dimension spéciale qui tient à la confusion entre le militantisme et le salariat qui explique la plupart des mésaventures citées plus haut. Attention, votre engagement citoyen est une chose, votre boulot, une autre…

Mais que cela ne vous empêche pas de vous enthousiasmer pour un job qui combinerait vos valeurs et vos intérêts professionnels.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires