juin 2013
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Des diplômes aux compétences

publié le 13/06/2013 par dans Afficher dans Marché, Afficher dans Méthode, Cursus/études, Emploi

Le paradigme de l'Université, c'est la connaissance, celui de l'entreprise, c'est la compétence, voire la réalisation. Il faut faire dialoguer ces deux logiques, pour le plus grand bien des diplômés, mais aussi de l'université dans son ensemble et sans doute du monde de l'entreprise aussi.

Il y a eu de nombreuses initiatives dans ce domaine, principalement autour d'un répertoire officiel, non pas des compétences, mais des certifications professionnelles, le Répertoire National des Certifications Professionnelles , RNCP. Comme le dit Educpros, ce répertoire s'est imposé comme un incontournable. Il recense les certifications professionnelles reconnues, et de ce fait le contenu en termes de compétences des formations qui y préparent. Les diplômes ayant valeur de certification professionnelle sont enregistrés dans ce répertoire, comme par exemple le DEUST visite médicale. Mais les diplômes universitaires ne sont pas tous professionnalisant, loin de là. Si vous jetez un œil aux fiches RNCP concernant les formations plus académiques que professionnelles (on dit souvent "généralistes" mais je trouve que cette appellation est fausse dans bien des cas), vous trouverez sans doute comme moi que pas mal d'entre elles sont bien pauvres, bien vagues surtout. Voici la fiche RNCP du master de droit du travail de l'Université de Nancy. Ce n'est en rien une critique à l'égard de la formation en question, sans doute de grande qualité, mais la description qui en est faite est totalement étrangère aux réalités des missions professionnelles de ses diplômés. Par opposition, voici la fiche de la formation d'Ingénieur matériaux de Polytech Pris qui dépend de l'Université P & M Curie ( Paris VI) . Vous voyez facilement la différence j'imagine. Pourtant un master de Droit ne se poursuit pas pour l'amour de la connaissance; c'est bien une orientation professionnelle que poursuivent les étudiants qui s'y engagent. Pourquoi ces intentions ne paraissent-elles pas dans la fiche ? Soit parce qu'elle a été rédigée par un cabinet "conseil" (pardonnez les ironiques guillemets) qui a voulu optimiser son temps, soit parce que c'est l'Université qui l'a fait avec son approche, son angle de vue, très loin de la mise en œuvre, beaucoup plus près de la matière de cours. L'Apec a mis au point et expérimenté une méthode pour faciliter la transposition, la traduction du diplôme à la compétence. Une bonne traduction ne se contente pas de restituer le sens lexical des phrases, elle adapte et transpose l'esprit. Nous avons donné à la plupart des Universités un livret qui décrit la méthode de travail. Cette transposition en vue de rédiger les fiches RNCP est un travail important car il ne s'agit pas de transposer simplement les documents decrivant le cursus, cela ne donnera pas grand chose. C'est une enquête auprès des enseignants, des étudiants et anciens, des entreprises peut-être, qui permettra de mettre en évidence ce dont sont capables ceux qui ont suivi le cursus avec succès. Je vous engage, si vous en avez la possibilité, si, cela fait sens pour vous, à entreprendre ce travail ou à participer aux initiatives qui sont peut-être déjà prises dans ce sens par votre établissement d'enseignement, avec notre méthode ou d'autres qui existent certainement. En tous cas, nous sommes prêts à fournir les éléments méthodologiques à tout établissement ou filière qui en ferait la demande. En revanche ce guide ne s'adresse pas aux individus. Pour faire, quant à vous, ce travail de réflexion sur vos compétences, optez pour le dispositif TREMPLIN JEUNES APEC. PS je vous dois des excuses, je ne suis pas très assidu ces temps-ci. Je vais essayer de mieux organiser ! Pas n° 2 13/6 8H je viens de rétablir le lien vers la fiche RNCP du DEUST.

Commentaire(s)

  1. Les fiches RNCP sont certes intéressantes quant à la réflexion, voire l’abîme de réflexions, vers lequel elles nous poussent lorsque nous devons assurer leurs rédactions.
     Mais représentent-elles un « objet performant et mobilisé » au moment d’un entretien d’embauche ? Les RRH connaissent-ils ce répertoire et l’utilisent-ils ?

     

  2. Bonjour, cher Jean-Claude.
    C’est bien dit, les fiches RNCP ne sont pas l’arme fatale du candidat et elles-mêmes méritent parfois d’être traduites en français standard. Mais comme tu le dis en début de ton commentaire, c’est un une source de réflexion. Rien que la démarche mérite d’être comprise et entreprise, si je peux dire.
    Je vois ici l’occasion de s’approprier, de valoriser à ses propres yeux les acquis des études qu’on a suivies. Je sais que nous sommes toi et moi sur la même longueur d’ondes à ce sujet.
    La personne qui a une licence de lettre (mon correcteur automatique vient de me proposer « licence de l’être », c’est joli) sait et peut synthétiser une matière écrite, rédiger un texte clair, tirer du sens de ses lectures et donc fabriquer une note résumant les thèses développés par différents livres, etc. Peut-être ces exemples sont-ils ridicules; Je ne fais qu’imaginer, penser en tapant. En tous cas, il s’agit là de compétences.
    Non, je ne crois pas que tous les RRH ( responsables des ressources humaines) les connaissent toutes. Mais il faut avouer que si certaines descriptions des certifications leur parlent, d’autres leur paraissent un peu absconses.
    Leur propre langage n’est d’ailleurs pas toujours plus clair pour le public…

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires