301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
avril 2013
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Se couler dans le moule ?

publié le 09/04/2013 par dans Emploi, Vie en entreprise

On a déjà parlé des qualités ou caractéristiques qui sont plus ou moins généralement recherchées par les recruteurs. Une question proche vous occupe parfois. Est-il nécessaire de se conformer aux codes majoritairement respecter, de se couler dans le moule, donc, pour être accepté par ses collègues et ses responsables en entreprise ?
On parle ici de tenue vestimentaire, de vocabulaire, de valeurs affichées, de comportements etc.

Si l'originalité, le non-conformisme sont diversement appréciés, c'est évidement autre chose qui est en cause c'est plutôt le passage d'un ensemble de codes, de valeurs et de prescrits, auquel vous vous conformez comme étudiant (les communautés étudiantes ne sont pas très tolérantes malgré les apparences), à celui, évidemment fort différent, de l'organisation dans laquelle vous travaillerez. Quelle est l'exigence de ce nouveau monde ?

La réponse n'est pas unique. Il y existe en effet des milieux professionnels très conformistes, au sein desquels on ne sera vraiment intégré qu'au prix d'une acculturation manifeste et approfondie. Par exemple, les associations à vocation sociale, écologique, plus ou moins militantes, mais sans doute aussi certains milieux professionnels particuliers, même si je n'ai pas d'exemple en tête, sauf peut-être la mode (?) . Plus radicale, paradoxalement, l'adhésion requise dans ces milieux ou secteurs professionnels, dont le monde étudiant a peut-être une image favorable, mais dont l'intolérance peut se révéler assez grande au quotidien.

 

Dans la plupart des cas, la demande de l'employeur concerne les apparences. un vocabulaire, une posture, un code vestimentaire (je sais, en Français on dit dress code) et une adhésion déclarée à des valeurs qui de toute façon ne sont pas contestables,  comme l'honnêteté, la solidarité, le service client… Qui se déclare favorable à la malhonnêteté, à l'égoïsme, au mépris du client ?   Selon les secteurs, ces attributs peuvent varier : on ne parle ni ne s'habille pareil dans la communication, dans le conseil, dans l'industrie, dans l'ingénierie High Tech.

Les exigences sont parfois assez anecdotiques : dans certaines industries, la barbe et les cheveux longs sont plus ou moins proscrits pour des raisons d'hygiène. Travaillant chez un constructeur automobile, il sera mal vu de venir dans une auto d'une autre marque, du moins après l'intégration.

Dans certains milieux, commerciaux, l'adaptation au client s'impose. Responsable d'une agence bancaire, vous ne vous habillerez pas et même ne vous conduirez pas de la même façon si elle est située à la Défense ou à Parthenay.

Enfin, il y a des habitudes qui ne sont pas liées à l'organisation, mais à un groupe, une équipe, et qu'il peut être néfaste de négliger. Le café du matin au bistrot du coin, le repas de fin d'année ou les pots entre collègues, etc. C'est en se soumettant à ces rites qu'on améliore les relations avec tous.

Cet effort d'adaptation ne concerne ni vos opinions, ni votre mode de vie, ni vos vraies valeurs.

Commentaire(s)

  1. Bonjour Jean-Marie,

    On notera aussi qu’il est important de garder une capacité de recul, en ne se prenant pas trop au sérieux.

  2. Oh oui Noël comme vous avez raison !

  3.  

    Bonjour,

    J’ai l’impression que l’originalité est seulement apprecié quand l’entreprise est en quête de changement. Autrement le monde professionnel est très conservateur en ce qui concerne les formalismes. 

  4. Bonjour,

    je confirme vos dires : après 4 ans dans une entreprise et de très bons résultats (ainsi que de bonnes relations avec la totalité des services) on ne me propose pas un poste de manager car je suis « atypique » j’aurai aimé qu’on me le dise avant !

    C’est une société familiale, je pense avoir sous estime certaines choses..culture  d’entreprise, proximité avec la famille.. C’est très étrange.

  5. @ Nathan : « C’est très étrange » dites-vous. Oui sans doute, mais il n’y a pas d’univers qui soit purement rationnel. Si, peut-être, les jeux… La prise en compte des facteurs systémiques et/ou institutionnels est une des principales clefs de succès. Dans votre cas, le positionnement et le type de relation avec la famille sont des éléments clefs.
    Quant à l’atypisme, il est évidemment très très subjectif.
    relisez cette phrase tirée d’Asterix : « je n’ai rien contre les étrangers, mais cet étranger-là n’est pas d’ici. »

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx