301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
novembre 2012
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Les juristes seraient-ils des rêveurs ?

publié le 13/11/2012 par dans Afficher dans Marché, Economie et emploi

Juristes, notez bien ce lien sur le site Village de la justice, la communauté des métiers du droit, une vrai mine d’informations et d’analyse. Sous le titre (douloureusement) ironique « les idylliques études de droit », Village de la Justice publie un papier sur la situation des étudiants en droit et notamment le taux d’encadrement (léger) et le taux d’échec (assez lourd)  en premier cycle.

Une fois réussies, les études de Droit ouvrent-elles les portes d’un avenir professionnel doré ? Pas vraiment, nous explique-t-on. Village de la Justice fait état du taux d’emploi un an après le diplôme établi par l’enquête « premier emploi » de l’Apec (dont on a déjà parlé ici). Le Droit s’y révèle une des 3 filières les moins bien loties, avec 66% des dipômés en poste, contre 71% en moyenne. Il y a pire, mais ce n’est pas super encourageant, dans une filière qui est pourtant perçue comme professionnelle par ceux qui s’y inscrivent.

L’espoir est permis. Village de la Justice nous montre en effet comment certains établissements ont pris en compte ce déficit, . Des cursus de plus en plus professionnalisant se mettent en place.

Le marché de l’emploi des juristes n’est cependant pas élastique, nous montre l’article.

Je répondrais volontiers que la solution est sans doute pour beaucoup dans une double spécialité, Droit plus autre chose.

A lire, à méditer.

Commentaire(s)

  1. Bonjour,

    Je voudrais poser quelques questions concernant les juristes.

     

    1) Comment est-ce possible de ne pas pouvoir parler avec les Ressources Humaines?

    Quand ils envoient une réponse négative j’ai envie de me renseigner sur ma candidature (BAC +6 et je parle 3 langues).

    J’envoie mes candidatures et puis je dois attendre 2-3 semaines.
    Parfois j’ai la réponse négative dans 24 heures.

    Il n’est pas possible de comprendre pourquoi cette décision est prise. Sauf une seule fois, les RH se cachent DERRIERE des explications assez inadequates

     

     

  2. @ Ansi
    Inadéquates ?

  3. Comment un jeune DIPLOME (juriste) peut-il savoir les raisons des réponses négatives
    lorsque les RH refusent de répondre aux questions des candidats ou bien donnent des explications assez incorrectes (par exemple: votre profil ne correspond pas aux exigences de poste)?

    Pourquoi est-ce que les RH cachent en secret les raisons de leurs décisions?

    Je pense qu’ils ne lisent pas tous les CV. Parfois ils rejettent une candidature sans l’avoir lu.

    Alors qui est-ce qui sera pris? Leurs cousins/amis?

    C’est absolument inacceptable.

    Veuillez nous donner un conseil.

     

    Merci d’avance.

  4. Pourquoi incorrectes, Anonyme ?
    Relisez ce que j’ai écrit au sujet des réponses, des processus de recrutement et des décisions des recruteurs.
    Et précisez vos questions. Je ne peux pas répondre sur la qualification d’incorrecte.
    Restons simples : ces gens qui ne vous répondent pas, ils n’ont pas trouvé l’intérêt que mérite sans doute vos candidatures.
    C’est votre communication qu’il faut interroger.
    Mais ça ne veut pas dire que vous n’aviez pas raison de postuler, bien-sûr.

  5. Non il n’y a pas que cousins et amis.

  6. Bonjour, Quand je lis vos échanges, j’ai l’impression que vous considérez que le problème d’absence d’explications claires concernant le ‘ rejet’ d’une candidature ne concerne que les juniors.

    Je tiens à vous dire que cela concerne tout type de candidats. Pour parler de mon cas, j’ai 15 ans d’expérience, je suis juriste en droit social. Cela fait 15 mois que je suis au chomage ( licenciée éco ).

    J’ai rencontré 20 entreprises depuis et pleins de cabinets de recrutements et à l’exception d’une ou deux fois, mon profil, le salaire proposé  correspondaient parfaitement à mes attentes. A chaque fois, j’ai eu des entretiens très courtois, et après flop je reçois un simple mail, ou un message téléphonique où on me dit que ma candidature n’a pas été retenue. Je n’ai jamais eu d’explications, si ce n’est  » nous avons trouvé un profil qui correspondait davantage à celui recherché ».

    Donc vous voyez, quelque soit l’âge et l’expérience, le traitement des candidatures reste le même.

  7. Non, bien-sûr, Laurette, les réponses lapidaires ne concernent pas que les jeunes. On répond ainsi quand on a la flemme de répondre autrement, (surcharge de travail) mais aussi quand on ne veut pas avoir à entrer dans une discussion qui risque d’être longue et fastidieuse, parce qu’on va avoir à se justifier sur tel ou tel point de votre profil qui ne convient pas. Par exemple, une organisation patronale reçoit la candidature d’une juriste en entreprise alors qu’elle aurait préféré un profil d’avocat pour son expérience du conseil. Le recruteur n’a pas fini de se justifier, vis à vis de cette candidate qui ne comprendra pas ses raisons. Et il va recevoir aussi la candidature d’un autre juriste exerçant quant à lui dans un syndicat de salariés. Il va décider que le passage de l’un à l’autre est trop difficile, qu’il n’a pas confiance. Là encore, s’expliquer va demander des efforts, provoquer des réactions. Ecrire « un autre convenait mieux que vous n’est pas très explicite, mais évite les polémiques. dans aucun des deux cas il n’y a de raisons portant sur les compétences intrinsèques des candidats malheureux. De toutes façons la décision est prise. Essayez donc plutôt de savoir ce qui a plu dans vos candidatures

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx