octobre 2012
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

6° idée fausse : répondre aux questions.

publié le 04/10/2012 par dans A la recherche d'un job, Idées fausses, Passer un entretien

La dame (le monsieur) vous pose des questions plus ou moins subtiles. Vous vous efforcez d'yé répondre, avec exactitude et habileté. Et à la fin vous vous demandez "est-ce que ça a bien marché ? " (ai-je fait les bonnes réponses ?)
En fait, vous ne pouvez faire de bonnes réponses que si les questions vous le permettent… Trop fermées, ("combien de… ?") elles ne vous permettent pas d'exprimer grand-chose. Trop ouvertes ("parlez-moi de vous), elles peuvent vous égarer ("j'aime les haricots et les voyages, je n'aime pas l'opéra").
Quelqu'un a écrit que l'inconvénient des questions, c'est qu'on n'a de réponses qu'aux questions qu'on a posées.
Voilà tout le problème, voilà ce qu'il faut vous efforcer de palier.

Vous pouvez bien imaginer que votre capacité à tenir le poste de travail en question, à y réussir,  n'est pas équivalente à votre habileté à répondre aux questions.
Ce qui compte, c'est de donner au recruteur 2 ou 3 bonnes raisons de croire en cette réussite, et, encore mieux, de se la représenter.

Pour cela, reportez-vous à ce qui a déjà été dit sur ce blog là dessus, il faut que vous-même puissiez vous y projeter, en utilisant pour cela les informations dont vous disposez sur le poste.

Plutôt que de bien vous préparer à répondre aux questions, préparez-vous à en poser ! ou en tous cas à en apprendre le plus possible sur l'entreprise, le contexte, le poste, les enjeux... et à réagir à ces informations. Sur le mode "Ah, en Espagne ? Peut-être avez-vous lu sur mon CV que j'ai fait ma dernière année d'études à Madrid, dans le cadre de…"

On apprend à ceux qui vont "affronter" les journalistes, grands poseurs de questions, à garder en tête  un ou deux messages clefs et de se servir des questions posées pour marteler ces messages. Dans votre cas, les 2 ou 3 bonnes raisons de croire que vous allez réussir dans le poste.

"Mes qualités ? Ce dont je suis sûr c'est de ma motivation pour ce poste, en raison de sa forte dimension de relations".
Apprenez à bien "ne pas répondre aux questions" !

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires