301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
octobre 2012
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

5° idée fausse : le marché caché

publié le 02/10/2012 par dans Afficher dans Marché, Economie et emploi, Emploi, Idées fausses, Internet

C'est très clair : plus de 80% des entreprises qui ont recruté récemment ont publié une annonce pour trouver des candidats. C'est le résultat, répété depuis plusieurs années, d'une enquête annuelle de l'Apec.
Le marché caché est donc tout au plus de 20% du total des recrutements, dont il faudrait aussi déduire les contacts directs pris par les recruteurs sur les cvthèques. Rangeons cette notion dans la même étagère que nos Minitels et les journaux d'annonces d'emploi.
En revanche, il y a bien quelques secteurs qui fonctionnent plus volontiers par réseau, recrutent "entre soi". Si vous cherchez un emploi dans ces milieux vous le savez. Ou alors vraiment votre cas est désespéré.
Reste que parfois c'est l'offre qui crée la demande. Notamment dans les petites structures. Un échange un peu approfondi avec un responsable, via un réseau par exemple, peut vous permettre de mettre en évidence une lacune, un risque, une déperdition, rendant votre action utile. Proposer ses services à ce moment là peut être efficace.
Mais ne misez pas votre chemise sur le marché caché.
Pour trouver le candidat finalement recruté, l'annonce reste de loin le moyen le plus cité par les entreprises.
La candidature spontanée est un travail utile mais travailler le marché publié est indispensable.

Commentaire(s)

  1. Effectivement,

    auqnd on y pense, quels avantages peuvent bien découler de recruter quelqu’un en ne rendant pas ce recrutement public?

  2. @Fabrice il peut y avoir quelques situations qui invitent à ne pas publier le recrutement, notamment quand le recruteur sait qu’il va trouver rapidement les compétences recherchées dans son réseau.
    Le recours aux bases de cv n’appartient pas vraiment au « marché caché » mais c’est aussi un cas de non usage de l’annonce.
    Enfin une pratique peu recommandable, c’est la recherche d’un nouveau collaborateur à l’insu de celui qui détient le poste actuellement.

  3. Jean-Marie:

     

    on voit bien dans ces exemples qu’il n’y a donc finalement que quelques circonstances très particulières qui y invitent…

  4. Absolument, même si j’en ai surement oublié.

  5. N’oublions pas les offres publiées exclusivement en interne et qui ne seront jamais visibles du grand public….

  6. Oui, mais celles-là par définition, elles n’appartiennent pas au marché de l’emploi de tous ceux qui ne travaillent pas dans la boite en question.
    Il est quand même assez courant que l’entreprise, ayant recueilli les candidatures internes, ouvre son recrutement à l’extérieur, pour voir…
    le problème est souvent plutôt là. Vous postulez à une offre d’emploi, sauf qu’il y a aussi des candidats internes qu’éventuellement on va privilégier.

  7. Merci pour la diffusion de cette information. Le chiffre que l’on entend régulièrement de 70-80% des postes de Cadres pourvus par « le marché caché » est invraisemblable. Quelle est l’entreprise aujourd’hui qui aurait des process qui permettrait un recrutement sans ouvrir au marché ? Quelle entreprise peut s’affranchir d’ouvrir un poste au marché en étant sûr de mettre toutes les chances de son côté de trouver le meilleur profil pour des niveaux de salaires relativement élevés ? Ceci est d’autant plus vrai si le coût d’un échec est pris en compte. Seules les PME-PMI aux budgets limités et ayant conservé un degré « d’informel » dans leur processus de décision pourraient le faire. Il y a certes un marché caché mais nous sommes bien plus d’un ratio inverse 20-80. 

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx