juillet 2012
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Société ou entreprise ?

publié le 17/07/2012 par dans Afficher dans Marché, Vie en entreprise

Alice a fait récemment un commentaire au cours duquel elle avance que « Les dirigeants d’une entreprise ont en charge la gestion des « ressources » humaines et ont dans l’obligation de garantir le bien-être, la santé physique et mentale de leurs salariés.  »

Le rôle des dirigeants est-il seulement d’assurer le bien-être des salariés ? Ce n’est évidement le point de vue ni des actionnaires, ni des fournisseurs, ni des clients, ou autres partenaires de l’entreprise.

Il y a aujourd’hui une réflexion de chercheurs au niveau international au sujet de l’entreprise, de sa propriété et du rôle de ses dirigeants. C’est en fait une récente remise en cause économique, sociale et juridique de ce qu’on a pu appeler la théorie de l’agence, qui place la totalité du pouvoir de l’entreprise aux mains des actionnaires ou des administrateurs qui les représentent, les dirigeant étant de simples « agents » de ces « propriétaires » de l’entreprise.

En droit civil ou commercial, l’entreprise n’a pas de nature juridique très claire. La personne morale, c’est la société. Or une société peut détenir plusieurs entreprises, et inversement. Ce n’est qu’en tant qu’employeur, dans le droit du travail, que l’entreprise est un objet juridique. Le code du travail néglige par exemple les montages de plusieurs sociétés pour considérer l’employeur unique.

Mais l’entreprise n’est pas seulement une collectivité de travailleurs. Elle est en réalité sous quatre influences souvent contradictoires, déjà cités ci-dessus : celles des actionnaires, des fournisseurs (y compris les banques) et autres partenaires, des clients et des salariés. Elle a autant de dimensions, peut-être autant d’objectifs à satisfaire, car pour chacun de ces acteurs, elle prend une réalité différente. Le client s’intéresse au service ou au produit, l’actionnaire à la rentabilité de l’argent investi, le fournisseur à la fiabilité financière, le salarié, comme le fait remarquer Alice, au climat et aux conditions de travail…

Et une cinquième influence se développe, l’environnement sociétal. La responsabilité sociétale de l’entreprise est même le point de départ de la remise en cause de l’exclusivité du pouvoir des actionnaires, donc plus ou moins propriétaires de la ou des sociétés qui composent l’entreprise (en fait propriétaires de parts sociales et non de l’entité elle-même).

Mais c’est un sujet très controversé encore. En tous cas une matière intéressante qui a fait l ‘objet d’un colloque auquel j’ai pu participer il y a quelques mois au collège des Bernardins à Paris.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires