juillet 2012
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Mobilité, d’accord mais…

publié le 09/07/2012 par dans Afficher dans Marché, Afficher dans Méthode, Economie et emploi, Préparer sa candidature, Quel job pour moi?

Mais pas à n'importe quel prix. Dans un précédent billet,  je vous encourageais à rechercher un emploi sur une base géographique large. Évidemment ça n'a de sens que si c'est cohérent avec vos compétences. Même si Rhône Alpes est un important marché, on y recrute probablement moins d'océanologues, de l'halieutique, de la pêche, des bateaux de mer, par exemple que dans les régions côtières. A vérifier d'ailleurs. De même, on recrutera moins de professeurs d'occitan en Ile de France (pourtant la région la plus riche en emplois) que dans le Sud-Ouest, du moins je le crois. Par ailleurs, il faut que la mobilité ait un sens pour vous.  Aller habiter à 500 km de toutes ses attaches pour un job très mal payé ou inintéressant ne vaut la peine que si cela se fait sur une base précaire, pour acquérir l'expérience qui vous permettra de rebondir… On constate que les cadres sont mobiles, évidement, ils en tirent ou espèrent en tirer un bénéfice. Peut-être pas immédiat, mais quand même. Et c'est souvent cela qui est le moteur du changement : un job plus intéressant, un meilleur salaire, des opportunités d'emploi au même endroit pour les deux conjoints, etc. Pour un salarié de qualification modeste, se déplacer est à la fois moins bénéfique et plus difficile. Résumons nous : – Le changement de région est-il un inconvénient pour vous ? Si non, vous avez un avantage évident sur un marché très mal distribué sur le territoire (voir le tableau sur un précédent billet) – Si oui, alors, fixez-vous des objectifs. Qu'au moins si cette contrainte soit compensée par un vrai bénéfice :  Je cherche un emploi sur le plus vaste territoire possible. Simplement je garde en tête que pour rester à Mazamet, j'accepterais des conditions d'embauche plus modestes que s'il s'agit d'aller travailler loin de ma ville, c'est à dire de mes attaches, repères, facilités. Quand viendra le moment de faire un choix (concrètement, quand je serai en position de négocier une embauche) je saurai alors arbitrer : Si le job est bon, si le salaire est convenable, pourquoi pas ? Mais sinon, je reste à Mazamet.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires