301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
juin 2012
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

La carte n’est pas le territoire

publié le 04/06/2012 par dans Afficher dans Méthode, Emploi

Un jour, ou du moins à un moment, à une époque de votre vie, vous avez fait votre opinion sur un problème, sur une situation donnée. Que vous n’aimez pas le goût fumé du thé de Chine. Qu’aller en train à chez votre oncle Gérard prend une journée dans des conditions de confort indignes d’un pays contemporain. Que les grandes entreprises ne s’interessent pas à des diplômés comme vous.

Et évidement vous avez adapté votre conduite à ces circonstances : vous buvez des thés parfumés à n’importe quoi de parfumé, allez rarement mais en voiture chez Gérard (3 Heures de route avec la Twingo, quand même) et vous évitez les grandes entreprises.

Si vous pssédez un GPS vous avez sans doute été frappé comme moi par le nombre et la fréquence des mises à jour nécessaires.Rues qui ont changé de sens, rond point nouveau, limitation de vitesse nouvelle. AUtrefois on se servait de cartes, et on les gardait 5 ou 6 ans. Evidement à ce moment là elles étaient sinon fausses, du moins truffées de petites erreurs.

Ainsi, un jour, votre cousine Chélidoine Martin vous aura devancé chez Oncle Gérard, elle sera venue en train, (direct jusqu’à St Banzille, c’est vachement pratique). Ou encore vous allez découvrir que 8 sur les 12 de votre promo qui ont trouvé un job, ont été embauchés dans une « grosse boîte »…

Bref, on découvre tous un jour certains aspects de notre carte du monde sont devenus faux. Parfois, c’est même une de nos représentations de nous-même.
La logique voudrait qu’alors on adapte son comportement à cette « nouvelle » donne. Mais l’homme est un animal psychologique et le changement lui est parfois plus difficile que la persévérance dans des postures, des croyances dont il sait qu’elles ne sont plus fondées.
Vous direz que de toutes façons vous n’aimez pas le train, que la SNCF vous énerve, que c’est moins cher en Twingo si on est 4 dans la voiture (ce n’est jamais arrivé mais on ne sait jamais)
Plusieurs types de comportements se combinent pour nous empêcher de réévaluer notre vision des choses et partant, nos postures et comportement.
– Le piège de l’engagement (piège abscon) : j’ai pas fait tous ces voyages en Twingo juste par erreur
– le piège des stratégies d’évitement : je me persuade les inconvénients du train sont tels que la seule solution est de l’éviter.
– L’anticipation : j’ai si peur de ma faire écarter sans explications que je ne postule pas.

Il serait sage au contraire d’adopter une méthode expérimentale, afin de re-valider le plus souvent possible nos croyances sur le monde dans le but de réévaluer nos réponses à ces croyances.

Ca ne rend pas la vie plus facile, certes.
Mais n’oubliez pas ces deux idées à mon sens capitales (pardon de les rabâcher):
1- La carte n’est pas le territoire. Evidement d’autant moins si elle est obsolète)
2- Plus de la même chose apporte plus du même résultat. Lorsque mon action ne donne pas les résultats escomptés je dois donc changer quelque chose dans cette action, introduire une rupture.

Commentaire(s)

  1. Très bon (malgré les coquilles).

    La recherche d’emploi n’est qu’un domaine parmi d’autres où nos croyances et perceptions du monde nous tiennent dur comme fer, sans qu’on en soit conscient.
    Le piège de l’engagement est très connu (source? je ne sais pas). On le vit tous les jours…
    J’ajoute que, dans l’armée, on avait coutume de dire que c’est le « terrain qui commande » : c’est-à-dire l’expérimentation, la confrontation avec le réel.

    Enfin, « la carte n’est pas le terrain », expression de Korzybski, signifie que le langage construit notre perception du réel, à travers un prisme, et qu’il la déforme; c’est le courant de la sémantique générale.

  2. @ Jérôme. Je croyais qeu cette expression (la carte n’est pas le territoire, j’aime mieux ma traduction) était de Paul Watzlawick. Mais le sens est bien le même. Il est évidement très intéressant d’appliquer cet idée à la perception du réel induite par le langage. Merci de votre commentaire et pardon pour les multiples coquilles.

  3. Désolé pour les coquilles et autres fautes et aussi pour la présentation spartiate de ce billet. Une défaillance du logiciel de back-office fait que je ne vois rien de ce que j’écris et que les corrections sont ainsi impossibles. On va essayer d’arranger ça.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx