mars 2012
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Le printemps arrive, pas envie de chercher

publié le 29/03/2012 par dans Afficher dans Méthode, Galère

Il fait beau, il commence même à faire chaud, j’imagine, en terrasse des bistrots dès la fin de la matinée. Et voilà, on n’a plus envie de chercher un job. De travailler en général, plus envie, mais alors en plus à chercher du boulot…

Dans le dernier billet, je disais que le chômage est une souffrance.  Ça va même plus loin,  Le chômage est une souffrance socialement prescrite. Aux yeux des chômeurs eux-mêmes, ne pas en souffrir est une attitude anti-sociale. C’est une situation culpabilisante. Y compris, c’est étrange,  chez ceux , qui, comme l’auteur des lettres de non-motivation qui ont décidé de vivre « autrement ».

La culpabilité est mauvaise conseillère. Elle nous amène à étirer le plus possible le temps consacré à ce travail « à plein temps » (c’est ce qu’on entend souvent) qu’est la recherche d’emploi.

Or vous pouvez chercher des annonces et y répondre, effectuer une veille active, prendre des contacts,  lire des informations, des prises de positions, des ouvrages professionnels etc., sans pour autant en faire une sorte de sacerdoce ou d’esclavage permanent.

Par exemple, il vaut peut-être mieux consacrer les belles heures de la journée à se détendre, à profiter du soleil dans le square à côté ou siroter un petit café avec des copains, et ainsi recharger les batteries pour faire ce que je viens de dire.

Récapitulons :

– Lire la presse générale et professionnelle : 3/4 heure par jour

Lire les annonces  qui sont poussées dans votre boite mail et sélectionner celles auxquelles vous allez répondre (10 minutes)  ; aller en chercher sur les sites rien que pour vérifier que vous n’en avez pas manqué (20 minutes),   disons 1/2 heure par jour. (essayer des requêtes peut être assez long)

Répondre à une annonce prend bien une heure (analyser l’annonce, se renseigner sur l’entreprise, éventuellement sur la branche, modifier votre CV et rédiger la lettre) disons que vous répondez à 3 annonces par jour, ça fait 3 heures  de travail qui peuvent pour l’essentiel être reporté en début et en fin de journée.

Passer encore 3/4 h sur les réseaux sociaux à discuter boulot (et non à critiquer les recruteurs) et

– 1 heure à écrire une ou deux candidatures spontanées.

Vous avez à peu près  6 heures de travail. Ca peut se répartir en 4 heures le matin (9 à 13) et 2  heures l’après midi. Pour tenir compte du printemps, je dirais de 18 à 20 H

Ce qui vous laisse du temps pour aller flâner, nager, renifler, discuter, profiter du soleil, lire des romans, des BD, copiner sur facebook, refaire le monde avec des amis compétents pour ça (pourquoi toutes les personnes compétences pour gouverner le pays sont-elles coiffeurs ou chauffeurs de taxi ?), coller des affiches pour le concert des Funny loosers ….

Commentaire(s)

  1. Et quand il n’y a pas d’offres d’emploi dans son domaine, dans la région où l’on est ? Les offres d’emploi, je regarde tous les jours… Perso, c’est pas une question de printemps ou quoi, mais je suis BLASEE ! alors, ça fait 4 ans que je suis diplômée, à l’heure actuelle : un beau Bac + 5 et j’envisage une reconversion,… une rétrogradation ! parce que je me dis : Pourquoi mes parents se sont fait ch.er à me payer des études jusqu’à Bac+5 alors que je me serais arrêtée à Bac+2, j’aurai sûrement eu bcp plus de possibilités. Je suis dans une région, où les offres d’emploi qui sortent sont majoritairement au SMIC, à mi-temps, ou précaires… Vous allez me dire ? Et bien de la mobilité, mademoiselle… Non, mon chéri a un CDI, ici… et si on bouge pour que je puisse avoir un boulot, c’est pas dit qu’il trouve : Bac+5 aussi, encore plus spécialisé que moi… Bref…

    Franchement, ce n’est pas qu’une question de motivation… Du genre, « C’est le printemps, il fait beau, j’ai pas envie de chercher ! » Faudrait il encore qu’il y ait qq ch à chercher !… Parce que là, en plus, juste avant les élections, c’est encore pire !

  2. Bonjour Morgane
    Je ne sais ni ce que vous cherchez, ni où vous le cherchez. du coup, c’est un peu difficile de vous répondre. Pouvez-vous nous en dire plus ?

  3. Un poste d’archiviste, vers Montpellier ! ;-) Mais je vous ai répondu par mail, à l’instant.
    Merci ! ;-)

  4. Moi j’ai un plan pour me sortir de là! (et avec le sourire)

    Mon père dit toujours « Normalement à Bac +5, c’est le recruteur qui vient te chercher chez toi »…. Je pense que c’est vrai. Perso, j’ai décidé d’arrêter d’envoyer des CV et je me suis mise à imaginer des projets professionnels. Des petits projets réalisables sans frais, en lien avec mon domaine qui expliqueraient les trous d’inactivité sur mon CV et qui revalorisent la profession que j’ai choisie. (ça reste vague mais c’est valable pour tous les métiers).

    Concrètement, je vais tout faire pour que mon CV devienne intéressant pour un recruteur dans mon domaine. Toute seule, comme une grande et gratuitement. ça s’appelle KIFFER SA RACE dans le langage des jeunes. Je vais personnellement « kiffer » mon diplôme et essayer de créer quelque chose de cool. Les sites d’annonces, je pourrais toujours les retrouver si j’échoue. Je n’aurais rien perdu.

    Ce qui m’aide à me lever le matin: Très franchement, j’attends avec impatience, le jour où un recruteur va toquer à ma porte. Je pourrais aussi lui faire passer un entretien et le recaler quand je réaliserais qu’il n’a pas de Bac+5. (OMG les études m’ont rendu si hautaine ahahahaha c’est tout ce qu’il me reste)

    Jean Marie, là je parle boulot, je ne passe pas mon temps à critiquer les recruteurs… (même ,si j’ai l’impression qu’ils ne donnent leur chance qu’à des personnes qui ne veulent pas travailler)

    Courage Morgane!

  5. @ Anissa
    Vous pouvez nous donner des exemples concrets ? c’est super intéressant ce que vous dites.

  6. Bonjour,
    Tout d’abord merci pour cet article. Même si, comme Morgane, je pense que le printemps n’a rien à voir là-dedans, il est vrai que je ressens beaucoup de culpabilité lorsque je prends du bon temps ou que je dépense le moindre euro. Et non pas que je veuille décourager Anissa mais dans mon cas, attendre que les recruteurs frappe à ma porte me paraît totalement suicidaire (j’ai bien dis dans mon cas).
    J’ai un Bac+5 et je cherche du travail dans le secteur culturel en Auvergne. Pas ou peu d’offres (j’en suis réduite à postuler pour faire l’accueil dans des offices de tourisme, et même pour ça je suis recalée !).
    J’avais décidé de monter une micro-entreprise pour passer le temps, parfaire mon expérience et me créer mon propre job. Après discussion avec plusieurs élus de collectivités locales (qui étaient mes principales « cibles »), je me suis rendue compte que ça ne mènerait à rien vu le contexte actuel et que ce serait surtout beaucoup de temps perdu. Et donc retour à la case départ !
    Jean-Marie, je prends bonne note de vos conseils, bye bye culpabilité, à moi les terrasses !

  7. Vraiment intéressant cet article et assez vrai je dois dire :) ! Même si j’essaie de faire passer la recherche d’emploi au 1er plan il est vrai que les beaux jours n’aident en rien à se motiver à rester chez sois à postuler ! Mais perso moi je n’ai pas le temps de passer 6h00 par jour sur ma recherche d’emploi vu que je travaille à temps plein en attendant de trouver un job dans ma branche. Bref j’essaie quand même de me cantonner à 1 candidature (offre où spontanée) par jour et déjà çà c’est dur :) ! Et inutile de vous dire que les offres d’emploi se font très rares aussi dans mon domaine d’autant plus pour les jeunes diplômées :s ! mais moi en revanche je ne fais pas l’erreur de me restreindre à une ville où une région spécifique ! Je suis totalement mobile géographiquement et je pense que c’est absolument indispensable de l’être actuellement !

    Pour répondre à Morgane, je suis désolée mais oui la mobilité de nos jour c’est la clé pour trouver du boulot, encore plus quand il s’agit d’un 1er emploi. Je pense que tu ne peux pas te permettre de chercher uniquement dans ta région sinon malheureusement pour toi tu risques de ne jamais trouver de boulot dans ta branche. Je veux bien concevoir que tu veuilles rester avec ton copain mais franchement serait ce si catastrophique que çà de vous retrouver séparés pendant disons 1 où 2 ans le temps que tu te fasses une expérience ce qui te permettrait surement de trouver ensuite plus facilement un poste dans ta région ? Pour ma part je pense que c’est indispensable et que sans çà attends toi à rester dans ta région avec ton copain mais toujours au chômage.

    Pauline, je te dirais pareil ! Y’a pas de mystères, il faut accepter de bouger pour avoir une chance de trouver un travail, se restreindre à une région c’est beaucoup trop risqué ! Ce qui faut se dire c’est que si tu bouges maintenant, dans 2 ans tu auras peut être une belle expérience qui te permettra de retourner dans ta région d’origine !
    Et, un petit conseil en passant, pour trouver un job en attendant tu ferais peut être mieux d’enlever ton BAC + 5 de ton CV. Oui je sais çà fait mal mais perso c’est grâce à çà que j’ai trouvé mon job. Car malheureusement quand ils voient BAC + 5, pour des postes qui demandent aucunes qualifications, ils pensent (et ils ont raison) que tu risques de les quitter du jour au lendemain donc ils ne t’embauchent pas.

    Anissa je dois dire que je serais également très intéressée si tu pouvais nous donner des exemple concrets des expériences que tu te crées pour valoriser ton CV toute seule comme une grande :) ? Par contre comme le dis Pauline, et dans mon cas également, je pense qu’attendre les recruteurs ne me mènera nulle part ! J’ai beau avoir un jolie BAC + 5 les recruteurs ont tellement de choix qu’ils ne vont pas s’embêter à nous courir après. C’était vrai il y’a quelques années mais maintenant malheureusement çà a bien changé.

    En tout cas je vous souhaite bon courage à tous et surtout gardez le moral ! C’est très important d’y croire et de rester positif même si c’est pas évident tous les jours.
    D’ailleurs, je vous conseille d’aller lire l’article suivant qui est très intéressant aussi :
    « Ma vie de jeune diplômé · Un job alimentaire comme anti-stress »
    ( http://jd.apec.fr/Emploi-stage/Premier-job/Cette-semaine/Conseils/Un-job-alimentaire-comme-anti-stress )

  8. Je me mets dans la peau d’un chef de projet.
    Phase prospect: J’essaie de trouver des informations à droite à gauche sur mon secteur d’activité, l’état du marché, ses points forts et points faibles… etc… Et je mettrais en place un truc, je ne sais pas encore quoi. Soit une asso, soit avec le statut d’auto entrepreneur…. (en tout cas un projet qui fera chouette sur mon CV et qui me redonnera un peu d’intégrité morale.)
    C’est flou pour le moment, même dans ma tête… Mais ça m’occupe.
    En fait, l’idée c’est qu’au fond de moi, j’ai été à un moment de mon début de vie passionnée par mes études… J’essaie de retrouver ça.
    Sans ça, je ne pourrais pas être motivée pour chercher un emploi.
    Pas de passion, pas de motivation.
    Pas de motivation, pas de travail.
    Pas de travail, pas de palais.
    Pas de palais, pas de palais. ;)

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires