février 2012
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Quel salaire demander ?

publié le 21/02/2012 par dans Afficher dans Méthode

Nos amis de chacun cherche son job parlent de la question des « prétentions »: combien je veux, combien je vaux ? . Point délicat.

Voici les idées d’Olivier sur la question :


Qu’en pensez-vous ?

Je vous invite à aller visionner les réponses des autres aussi.

Deux ou trois chose me paraissent claires dans cette histoire  :

– le salaire est toujours insuffisant. Les intérêts de l’employeur et de l’employé divergent. Ah bon ?

– C’est le fruit d’une négociation, et comme dans toutes les négociations, les parties sont parfois dans des positions plus ou moins fortes. Si vous cherchez un job très demandé votre salaire va s’en ressentir.

– C’est un sujet délicat. Les réponses, écoutez-les, sont parfois un peu tortueuses…

J’aimerais vraiment votre idée sur la chose.

Commentaire(s)

  1. Bonjour Jean-Marie,
    J’ai regardé avec intérêt les quatre entretiens. J’ajouterais les remarques suivantes aux vôtres:
    – il faut regarder ce qu’il y a en complément du salaire. Une participation ou un intéressement respectable (1000 ou 2000 euros par an) peuvent permettre de se constituer un petit pactole appréciable lorsque l’on quittera son emploi.
    – mutuelle, participation aux repas (jusqu’à 14 euros par jour dans une société de conseil avec laquelle je travaille), niveau de remboursement des frais de déplacement ne sont pas anodins.
    – les salaires avancés par les jeunes diplômés interrogés me semblent assez réalistes. Je suis un peu surpris par la jeune trader qui était prête à descendre à 26000 euros (1600 nets mensuels).
    – il est tout de même important de bien négocier son salaire à l’embauche, les augmentations étant ensuite calculées sur cette base: par exemple, si vous changez de poste, on peut vous refuser plus d’un certain pourcentage d’augmentation par rapport à votre précédent poste, même si vous auriez pu prétendre à mieux.
    – malheureusement la prime est souvent aux derniers arrivés, ce qui incite à changer de poste si l’on veut bénéficier d’une augmentation.
    – il y a ce qu’une entreprise est prête à payer en fonction du marché et le coût de la vie. Sans tomber dans le catastrophisme, en tant que jeune cadre, vous pouvez assez rapidement vous retrouver imposé à 30%, donc être considéré comme aisé (ce que vous êtes à l’échelle française), sans avoir de perspective réaliste d’acquérir un logement en région parisienne.
    – faire toute de même la part des choses entre vos valeurs, vos souhaits dans la vie et l’argent: je connais des jeunes cadres qui à trente ans gagnent 60000 euros mais ne me semblent pas apprécier plus que ça leur travail. Je gagne près de 33% de moins mais j’aime mon travail et je peux tracer des perspectives intéressantes après mon poste actuel.

  2. Edit: il fallait bien sûr lire « 23% de moins ». Héhé

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires