novembre 2011
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Méthodes musclées

publié le 09/11/2011 par dans Afficher dans Méthode, Passer un entretien

Les révélations d'il y a quelques semaines sur la méthode de recrutement un peu spéciale d'un cabinet de recrutement, pour des commerciaux en assurance, ont donné lieu à des commentaires dans la presse un peu spécialisée (voir les Echos ). Selon le "tempérament" du support, le ton de ces papiers est scandalisé, prudent ou technique comme celui des Echos. J'aimerais savoir ce que vous en pensez. Mais auparavant, un petit éclairage en trois points : – Le recrutement est vécu par les entreprises comme une activité sinon hasardeuse, au moins risquée ; et d'autant plus quand la réussite dans la fonction semble liée aux dispositions personnelles plutôt qu'à des techniques ou des connaissances. Le commercial en tête, bien-sûr. Ajouté au goût de certains pour la situation de pouvoir, cela explique en partie certaines dérives. – Les techniques d'investigation ou d'évaluation des candidats ne font pas l'unanimité si bien que l'importance qu'on accorde à l'entretien, à des observations finalement assez peu factuelles, l'emporte sur la confiance faite aux tests, par exemple. On peut s'en réjouir, mais aussi penser qu'on ne décide pas en s'appuyant sur des données très probantes. – Les candidats (et beaucoup de ceux qui les conseillent) semblent déterminés, sinon à tromper les recruteurs, (oh, quelle horreur), du moins à ressembler au candidat recherché, (enfin, à l'idée qu'on se fait du candidat recherché), au prix d'un énergique gommage des "aspérités" de la personne réelle. C'est amusant, d'ailleurs, après leur avoir appris à être lisses et convenables, on incite les candidats à "être eux-mêmes". La conséquence, c'est que les recruteur essayent de gratter la peinture pour voir le bois. A partir de ces remarques, on peut tirer beaucoup d'enseignements. Le plus important selon moi c'est cette recommandation que je faisais l'autre jour : ni clown (il faut rassurer le recruteur sur votre capacité à faire) ni clone (essayer de paraître parfait est inutile et dangereux, on ne recrutera quelqu'un que si on a le sentiment de le connaître au moins un peu). "On n'achète pas un chat dans un sac", m'a dit un jour un consultant en recrutement fort estimé. Et par ailleurs, lorsque les méthodes utilisées vous paraissent -à vous, pas à d'autres- inacceptables, eh bien, ne les acceptez pas. Rien ne laisse penser que le recruteur odieux sera un manager charmant.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires