septembre 2011
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Sens et motivation

publié le 29/09/2011 par dans Afficher dans Méthode, Emploi, Vie en entreprise

Dans mon précédent billet, j’ai parlé du sens donné à l’action au travers des niveaux logiques de la PNL.

Ce ne sont donc ni les conditions, ni les modalités de l’action, ni même ses objectifs opérationnels directs qui importent le plus, mais la finalité de cette action, ce qui lui donne son sens. C’est en effet cette finalité qui est, ou non, en correspondance avec mes valeurs et mon identité (celle que je me reconnais) et justifie mon appartenance. En tous cas, si mon appartenance (à une famille sociopolitique, par exemple) est explicite, et elle l’est pour beaucoup, on voit tout de suite comment elle peut entrer en harmonie ou au contraire en dissonance  avec les finalités de l’action.  Cet accord  détermine pour une bonne part la motivation, aux niveaux logiques les plus élevés. Au passage c’est aussi plus ou moins cohérent avec la hiérarchie des besoins édictée par un certain Maslow place les besoins d’accomplissement personnel, d’estime et d’appartenance au plus haut niveau.

La motivation, c’est ce qui nous pousse, non seulement à agir, mais à persévérer dans une éventuelle difficulté, ou adversité selon Claude Lévy-Leboyer, (nous en avons déjà parlé ) . Et parmi les ressorts de la motivation, elle cite la valence, concept qui n’est pas très loin de celui d’utilité économique, (abordé aussi sur ce blog) : est-ce que mes efforts me rapporteront une satisfaction à la hauteur de ce qu’ils m’auront coûté ?

Pour l’entreprise, motiver et impliquer ses collaborateurs revient donc, au moins pour partie, à leur proposer des raisons à la bonne hauteur (au bon niveau), pour persévérer et aller de l’avant, en centrant leur attention sur un but commun.

Etre en accord avec soi-même au sein du projet collectif est une vraie satisfaction. Cet accord d’ordre intime est en effet à un niveau logique plus élevé que les satisfactions d’ordre matériel, plus positif que la crainte de perdre son emploi. Voilà pourquoi nous avons besoin de donner un sens à notre travail.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires