avril 2011
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Retour en France

publié le 04/04/2011 par dans Afficher dans Marché

Ce retour en France, ma première tâche pour l’Apec a été de valider le commentaire de Kali, à propos de discrimination, sur le billet « Relations Université-entreprises » . Retour dans la vraie vie en quelque sorte. Je m’en voudrais, même si c’est tentant, de dire à Kali, allez, mon gars, filez à Montréal, les français que j’y ai rencontrés ont trouvé un job en une semaine; lui, il semble préférer le Qatar, chacun son truc.

Mais je ne peux pas dire ça, quand même. Ici, les entreprises ont besoin de gens qualifiés, disent-elles. Elles se plaignent des difficultés qu’elles éprouvent à trouver les professionnels dont elles ont besoin. Je ne sais rien de Kali, de ses compétences et de ses efforts pour trouver son premier (?) boulot.

Mais en quoi, au juste, consistent les difficultés de ces entreprises  qui n’ont pas le temps de répondre aux candidats ou qui en font « l’économie » ?

Commentaire(s)

  1. Je pense personnellement que nous regardons le marché de trop près, comme ces entreprises, et donc nous prenons des facteurs de conjoncture (les entreprises recrutant en pensant que le marché est aussi facile qu’il y a 2 ans) pour des factures structurels (elles sont bien difficiles ces entreprises).
    Le temps d’ajustement des entreprises au marché durera bien quelques mois , je pense, comme il a pris quelques mois aux candidats il y a deux ans au moment de la crise…

  2. Doute épistémologique ou systématique ? Quelle démarche entreprend t il réellement, ou pourrait on entendre « fait il le nécessaire? », question immanente, réflexe « prudentiel » et légitime que je n’aurais pour ma part manqué d’avoir également, considérant la situation parfois délicate et embarrassée du gestionnaire de la blogosphère : la réalité et la contestation doivent s’accommoder de l’exigence de forme et de fond. Quoi de plus normal.
    Je reviens à moi, je reviens à nous;plus simplement : comment augmenter ses chances de trouver un emploi?Dans le contexte où La formule linéaire : cv+Lettre de motivation ne suffit pas , le candidat devra s’attacher au « bruit blanc », à l’intérieur duquel réside ce qui s’impose par la globalisation des économies : mobilité et adaptabilité. Pas de dilemme cornélien ici :Canada ou Qatar,,France,Uk, USA? Le choix viendra de ce pour quoi il a longuement étudié -(Get the job first) et du besoin d’être socialement et autrement au monde :La chrysalide de l’étudiant de détachera sous l’effet des besoins formulé par le principe même de réalité de notre culture et nature Revenu (se nourrir ) maison (se loger ) famille (prolonger..).

  3. Kali
    votre commentaire, c’est de la poésie pure !
    je réagis juste à « get the job first ». Je vais faire un billet là dessus parce que c’est un beau sujet.
    En résumé, et contrairement à ce que, peut-être, je semble vouloir signifier à longueur de colonnes, je ne suis pas sûr que ce précepte de bon sens soit à prendre au pied de la lettre. Le job est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

  4. Fabrice Je suis d’accord avec ce que vous dites. Mais il faut prendre en considération que le temps n’est pas le même pour celui qui observe le marché et celui qui est « dedans ». Difficile de se montrer patient et philosophe. J’entends des jeunes diplômés trouver que 3 mois c’est long. Alors 18 mois….

  5. De la poésie ? Je réfléchis…Mais,..mais je découvre peut être ici ma vraie vocation!loll Zou, je file de ce pas dans la rubrique offre d’emploi en espérant y trouver une offre de pigiste-poète! Lol

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires