mars 2011
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

L’aventure ou la sécurité ?

publié le 21/03/2011 par dans Afficher dans Marché, Economie et emploi

Je vous écris de Montréal. Un voyage d’étude pour mieux connaître les pratiques et les questions d’actualités de notre métier, dans ce pays très en pointe dans ce domaine comme sans doute dans pas mal d’autres.
Ceux qui lisent ce blog depuis longtemps se souviendront de mes étonnements, de retour d’un premier voyage en 2009.
Aujourd’hui, c’est plutôt un questionnement. Ici, un étudiant trouve du travail sans aucune difficulté pour financer ses études et une fois celles-ci terminées, se lancer dans la vie active ne pose, semble-t-il pas beaucoup plus de problème. Il y a même au Canada des universités qui garantissent une insertion professionnelle  rapide à leurs étudiants, s’engageant à leur offrir une année d’étude supplémentaire s’ils n’ont pas trouvé leur premier job assez vite. Certaines même s’engagent à les rembourser.

J’oubliais : faire des études coûte cher ici, autour de 50 à 60 000 dollars pour un cursus de master.
Et je ne vous ai pas dit non plus que le job garanti en question n’est assorti d’aucune garantie d’emploi, voire même d’aucun contrat. Cerise sur le gâteau : les salariés ont  deux semaines de vacances par an.
Mais tout est plus fluide pour les jeunes, on a l’impression d’être dans un pays des possibles, un pays d’ouverture; d’aventures, aussi.

Je comprends ceux qui, lassés de la rigidité, du côté figé du marché du travail français, décident d’aller tenter leur chance de réussir ici, un pays francophone d’Amérique.
Et je comprends aussi qu’on redoute le côté « sans filet » de cette société si ouverte et accueillante à ceux qui osent.

En tout cas, je ressens après deux jours ici, à quel point c’est un choix de vie, de société vraiment différent. On aimerait combiner cette dynamique avec nos aspirations sécuritaires, mais je crains que les deux modèles soient incompatibles.

Commentaire(s)

  1. Bonjour Jean-Marie,
    Mais la sécurité française n’est-elle pas une sécurité en trompe l’oeil? Certes un CDI aide à faire bonne figure devant banques et bailleurs, mais il ne confère pas pour autant le statut de fonctionnaire. Et ne parlons pas du chômage de masse qui persiste depuis 30 ans en France (même si le chômage est également assez élevé au Canada).
    Mais il faut tout de même reconnaître que le modèle français est plus protecteur, car il laisse moins de choix à l’individu: de ce côté-ci de l’Atlantique, assurances chômage, maladie et vieillesse sont obligatoires.
    D’ailleurs je suis toujours frappé des immenses atouts de la France dès lors que l’on se livre à des comparaisons internationales: notre pays demeure la cinquième puissance économique mondiale, bénéficie d’infrastructures de qualité et d’un système éducatif qui soutient la comparaison avec d’autres pays de taille comparable. Et cependant l’on se complait dans le repli sur soi, avec une peur de l’autre attisée complaisamment par une partie de la classe politique.
    On a pourtant l’impression qu’il ne nous manquerait pas grand chose pour évoluer vers une société plus dynamique et en même temps plus juste. La clé est peut-être à chercher du côté des institutions, d’une tradition d’ouverture, qu’elle concerne le politique (tradition de bipartisme modéré au Canada, attitude positive face à l’immigration malgré certains excès du multiculturalisme) ou le monde de l’entreprise. Ou encore d’une capacité à expliquer le changement qui semble bien faire défaut en France…
    Bon séjour et bonnes recherches!

  2. Bonjour. Juste pour signaler que le billet du 24/03 semble ne plus être accessible? (mis à part les commentaires…?)

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires