février 2011
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Employabilité des diplômés européens

publié le 17/02/2011 par dans Afficher dans Marché, Préparer sa candidature

Voyez cette importante enquête de l’Union Européenne (Série Eurobarometer) sur l’employabilité des diplômés européens.   Interrogés sur ce qui est important pour eux dans le recrutement d’un jeune diplômé, les employeurs européens sont assez unanimes finalement.

Trois critères leurs paraissent essentiels

  1. La capacité à travailler en équipe (citée par 98 % des recruteurs),
  2. la faculté d’adaptation à de nouvelles situations (97 %),
  3. les compétences en matière de communication (96 %)

Vient ensuite (67 %) la maîtrise de langues étrangères. Et même, « près de la moitié des entreprises très présentes sur le marché international considère les compétences linguistiques comme le principal atout pour l’avenir ». nous dit-on.

Je vous propose que nous réfléchissions ensemble à ce que veulent dire concrètement ces éléments si importants dans l’esprit des recruteurs. Vous ne pouvez pas juste dire « je suis adaptable », personne ne dira qu’il est totalement allergique au changement, ça n’a donc aucune valeur. Dans de prochains billets, nous allons explorer ces concepts.

commençons le plus  simple,  la maîtrise des langues. C’est une évidence absolue. Déjà l’Anglais, qui n’est même plus une langue étrangère, au fond, mais une langue internationale. Etre capable de travailler en anglais, d’avoir un échange téléphonique approfondi (pas facile au téléphone, n’est-ce pas ?) est un objectif de base que nous devrions tous atteindre rapidement, quelque soit notre niveau de départ. C’est un must. Débrouillez-vous, identifiez vos lacunes et travaillez. Maintenant. Moi aussi, d’ailleurs :-(

Et puis, apprendre une autre langue. Choisissez une langue très utile dans les affaires : l’Espagnol, le Portugais du Brésil, l’allemand, , le Chinois (je devrais dire un chinois) peut-être le Russe ou l’arabe. Ou bien une langue connue de peu de gens en France si vous souhaitez vous spécialiser : le serbo-croate, le Tchèque, le Roumain, le Hongrois, le japonais, une langue africaine importante, une autre langue asiatique ou indienne… Certaines appartiennent aux deux catégories (Allemand, Russe, Japonais, Chinois…). Notez que la notion d’utilité peut dépendre de votre métier.

Mais n’oubliez pas : apprendre une langue ce n’est pas suffisant. Il faut aussi apprendre à communiquer avec les gens du pays. Les mots ne suffisent pas. Il faut s’astreindre à comprendre les valeurs, les habitudes, etc.. C’est le multiculturalisme, et c’est compliqué.

Commentaire(s)

  1. Je suis assez étonné par ce genre de résultats… On dirait que ces études sont commanditées par des associations de profs de langues!!!

    Dans toutes les PA de recrutement on demande un anglais courant -jusqu’a l’absurde parfois, pour des postes impliquant de la vente en France ou d’autres postes qui n’ont rien d’international, la vérité c’est que dans 99% des entreprises on trouve moins d’un cadre sur 10 qui parle réellement anglais (et que dans la plupart des postes, on n’a pas besoin de quelqu’un qui parle Anglais, en fait).

    C’est pourquoi parler vraiment bien l’anglais est certainement un atout extraordinaire sur le marche de l’emploi.

  2. Il est temps qu’on prenne conscience aussi en France de l’importance de l’Anglais et d’une deuxième langue étrangère. J’ai fait l’expérience d’une fusion entre NISSAN France et NISSAN Nederlands en 2007 pour devenir NISSAN West Europe. Nissan West Europe proposait à tous les salariés des cours de Neerlandais et distribuait une brochure sur les valeurs des Pays Bas. En effet, avoir en tant que Jeune Diplomé Européen en vue d’en devoir maîtriser une ou deux voire plus devient très important avec la mondialisation. Les postes débutants en Russie par exemple ne trouvent pas toujours beaucoup d’intéressés. Et ceux qui se lancent vont plus tard avoir un avantage comportemental et une expérience multiculturelle riche.

  3. Ce qui est intéressant avec cette étude c’est que les 3 points cités ne peuvent se voir qu’après un certain temps dans l’entreprise et pas lors de l’entretien (même si les DRH pensent autrement :-).
    Mon avis est que pour un premier poste en France on va regarder votre diplôme (75% d’importance) et ensuite vos expériences/stages (24%) et le reste c’est bonus.

    Mais pour les langues, je vous rejoins à 100% dans vos propos qui devraient être placardé sur les murs des lycées et Master !
    * Maitrisez l’anglais ! Pas juste un peu comme trop de personnes.
    * Maitrisez tout autant une autre langue.

    Une langue « rare » comme citée dans le post vous ouvrira des portes intéressantes. Je l’ai vu, pour trouver un VIE il n’y a rien de mieux.

    Et ensuite l’intérêt de tout ça, c’est d’aller chercher un meilleur salaire/poste à l’étranger. Et d’offrir la liberté de postuler à beaucoup plus d’offres :-).
    L’UE à au moins ce gros avantage de permettre à chacun d’aller travailler et vivre où il veut sans formalités à la noix, profitez en !

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires