301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
novembre 2010
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Premiers pas dans l’entreprise, suite

publié le 16/11/2010 par dans Afficher dans Marché, Vie en entreprise

Je reviens sur l’enquête de l’Apec concernant l’intégration des jeunes cadres dans l’entreprise, comme promis dans mon précédent billet sur ce sujet.

Je voudrais tout d’abord vous recommander la lecture attentive du premier tableau présenté sur le document.  Vous y trouverez pas mal de bonnes pratiques en matière d’intégration. Pourquoi pas demander à en bénéficier ?  Les entreprises ne vous accueillent pas de façon très pro, disons-le, au moins en majorité. Mais je ne crois pas que ce soit par mauvaise volonté. Ou que l’ on souhaite ne pas faire toutes ces choses qui rendraient votre intégration plus facile. Non, c’est plutôt qu’on n’y pense pas vraiment, que l’on a une telle religion de l’urgence que tout cela passe un peu au second plan. Demandez, proposez, il est bien possible que cela vous soit accordé.

Par ailleurs, je suis frappé par la tonalité positive de cette enquête. Moi, en tant que professionnel des RH, je trouve que vous êtes accueillis négligemment dans les entreprises. Mais « vous » (enfin, ceux d’entre vous qui y sont) estimez au contraire que ça se passe bien.  Et à quoi cela tient-il ? En gros, à vos collègues : 56 % des jeunes cadres interrogés déclarent avoir bénéficié de l’appui non formalisé de collègues seniors (informations, conseils, pratiques professionnelles propres à l’entreprise). L’écrasante majorité (85%) a trouvé ça assez ou très utile.

On parle bien d‘appui informel puisque moins d’un tiers (29%) a reçu l’appui, plus officiel forcément, d’un tuteur ou parrain au sein de leur département ou service. Avec, c’est amusant, un moins bon score d’utilité perçue (80%). Bref, en tant qu’institution, employeur, l’entreprise n’est pas formidable, mais en tant que communauté au travail, ça continue de fonctionner. Et on peut négliger le « fossé » entre la génération Y et les autres ; en réalité, la solidarité entre les seniors et les juniors fonctionne bien, dans un sens (les jeunes reçoivent l’appui des plus anciens) et dans l’autre (ils « aiment ça » pour employer une formule website). C’est d’ailleurs cohérent avec la méfiance repérée dans bien d’autres études sur les jeunes vis à vis des institutions et leur préférence pour les relations plus personnelles.

Et bien moi, voyez-vous, ça me rassure. Pour l’entreprise, pour la société en général et pour vous.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx