juin 2010
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Un petit vent de reprise

publié le 03/06/2010 par dans Afficher dans Marché, Ca recrute...

Depuis quelques semaines, les signes de redressement du marché de l’emploi se multiplient. Pas encore de quoi pousser des cris de joie, mais enfin le nombre d’offres continue d’augmenter, à l’Apec comme ailleurs.

Entre le 1er janvier et le 31 mars 2010, on nous a confié 31 % d’offres en plus que sur la même période en 2009. Ce n’est pas rien. Mieux : entre le 1er janvier et le 30 mai, la croissance est de 38 %. Si on raisonne en cumul sur 12 mois,  entre la période mai 2008 – mai 2009 et la période mai 2009 – mai 2010, le nombre d’offres n’a augmenté que de 4 %.

En un mot comme en 100, ce que nous constatons, c’est une vraie amélioration du marché de l’emploi.
Pour vous, c’est une double bonne nouvelle : d’abord, plus d’offres, c’est plus d’opportunités d’emploi. Ensuite le nombre de postulants n’étant pas en augmentation, c’est aussi, plus ou moins rapidement, une plus grande ouverture des recruteurs aux candidatures de jeunes diplômés.

Attendons de voir si ça se confirme.

Commentaire(s)

  1. Une bonne nouvelle !

  2. Jean Marie, une petite question concernant les annonces passées par les entreprises… Bien que je choisisse systématiquement de n’afficher que les annonces pour jeunes diplômés, il n’est pas rare qu’il y soit précisé « vous justifiez d’une expérience minimum de 3 ans dans… ». Or si je suis jeune diplômé, je n’ai pas trois ans d’expérience (j’ai deux ans tout au plus, si l’on compte les stages effectués…). Cela vaut-il quand même le coup que j’envoie ma candidature ?

  3. Stéphane
    mille fois oui, ça vaut le coup de postuler. D’abord si l’annonce vous revient alors que votre requête précise « débutant » c’est que le recruteur accepte d’examiner des candidatures de débutants. Ou alors il y a une erreur mais ce n’est pas très grave. En effet, ce qui compte, c’est que vous soyez en mesure de le rassurer sur votre capacité à réaliser ce que l’entreprise attend de vous. Si vos connaissances et vos stages vous donnent des arguments suffisants, allez-y.
    Ce n’est pas comme un examen ou une sorte de passage en douane, où il faudrait avoir sur soi ce que l’administration demande. Là, ce qui devrait compter, pour eux, ce n’est pas que vous colliez au profil requis, mais que vous réussissiez dans le poste.
    Il arrive, reconnaissons-le, que les recruteurs s’accrochent au profil sans aucune ouverture. Bon, et bien le pire que vous risquez, c’est de prendre une bâche. Ce n’est pas comme de tomber de scooter !

  4. Merci pour cette réponse rassurante !

  5. La crise pour les 3,4 millions de cadres est loin d’être finie et elle ne fait que commencer pour les jeunes Bac+4: après déjà deux années de baisse, « aucune amélioration » des recrutements n’est prévue en 2010 par l’Apec. L’Association pour l’emploi des cadres (Apec) enquête tous les ans auprès des recruteurs et elle note pour 2010 un « attentisme » inégalé depuis le début de la crise, et dont « les jeunes diplômés souffriraient le plus ». Le volume prévisible de recrutements de débutants (21.000 à 23.000 cette année) serait « très insuffisant pour les 120.000 jeunes concernés ». « Cela nous ramènerait au niveau connu lors de la récession de 1993, à la différence qu’en 1993, il y avait moins de 70.000 jeunes Bac+4 sortant sur le marché du travail », souligne Pierre Lamblin, directeur études. « Cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de recrutements, mais il faut aller là où les entreprises embauchent dans des bassins géographiques pas toujours attractifs », dit-il.

  6. “ça fait rire…” a fait deux fois le même commentaire, je fais donc deux fois la même réponse !
    les prévisions que nous donnions en début d’année sont aujourd’hui largement dépassées. De décembre 2009 à novembre 2010, la croissance des offres d’emploi cadre publiées par l’Apec est de 48 % par rapport aux 12 mois précédent. Au total, plus de 336 000 offres d’emploi ont été publiées pendant cette période. Si on considère que 15 à 20 % de ces offres peuvent concerner des jeunes diplômés, ce sont donc entre 50 et 67 000 offres pour ces derniers. Pas si mal en fin de compte.
    L’enquête sur l’insertion professionnelle est opérée chaque année au mois de mai pour la promotion de l’année d’avant (diplômés en octobre-novembre n-1 pour la plupart).
    La promo 2009 aura connu une période très difficile en fin d’année 2009 et le redressement du marché, s’il est très spectaculaire, n’avait pas encore porté tous ses fruits en mai 2010 (entre l’offre et l’embauche il se passe plusieurs mois). Je ne sais pas dire si leur situation s’est finalement amélioré en fin d’année, puisqu’ils subissent la concurrence de la promo suivante.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires