301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
janvier 2010
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Comment bien travailler avec les autres ?

publié le 28/01/2010 par dans Afficher dans Méthode, Vie en entreprise

Dans une entreprise, quand on critique quelqu’un, on commence souvent par dire : techniquement il est parfait. Suivent tous les reproches qu’on pourrait faire à cette personne, son comportement vis-à-vis des autres, son « relationnel ».

Si vous faites partie du petit nombre qui pensent que la qualité des relations n’est pas aussi importante que la maîtrise technique, envisagez de réviser votre opinion : le travail est, et sera de plus en plus collaboratif, ne serait-ce qu’à cause de la complexité croissante des projets à réaliser, qui exige la complémentarité des compétences. Pour faire un GPS, l’informaticien et le géographe doivent collaborer. Votre comportement est donc une des composantes essentielles de votre réussite, pas seulement de votre popularité dans la boîte (qui se révèle d’ailleurs bien utile, quand on a des services à demander).

Sauf que ce n’est pas si simple. « Mais moi, je ne demande que ça, avoir de bonnes relations, ce sont les autres qui…  Ma conduite n’est qu’une réaction à la leur. » C’est vrai, et la leur, une réaction à la vôtre. Paul WatzlawickGregory Bateson et d’autres membres de l’école de Palo Alto ont montré comment les groupes fonctionnent comme des systèmes, où tout n’est qu’interaction. Le comportement d’un un membre d’une équipe, par exemple, est un élément et un produit du système. Ainsi, Watzlawick, chargé de « soigner » un adolescent présentant des symptômes psychiatriques, entreprit-il de soigner non l’adolescent, mais sa relation avec sa famille.

Lorsque deux personnes se disputent, il est vain de chercher à savoir « qui a commencé ». Chacun pense qu’il ne fait que répondre à l’autre.

Avant de critiquer la conduite de tel ou tel, demandons-nous toujours en quoi l’environnement la détermine. Pas pour chercher les responsabilités, mais pour tenter d’agir sur l’interaction entre les protagonistes plutôt que sur chacun d’eux. J’écris « tenter d’agir » parce que ce n’est pas évident : le système a une tendance à l' »homéostasie » : vous avez un rôle dans le système, celui-ci vous pousse à le conserver, comme si vous étiez un personnage dans une pièce de théâtre.

C’est même une double contrainte, ou fausse alternative (autre apport majeur de Palo Alto) qui vous est alors proposée : changer, parce que votre conduite est problématique, mais ne pas changer, parce que vous tenez un rôle dans la partition, que le système fonctionne « avec vous comme ça ». Croyant bien faire, vous adoptez une attitude nouvelle, et les autres se disent : « Mais qu’est-ce qu’elle a ? Elle est bizarre. » Délicat, donc. Ce n’est pas vous que vous devez changer, c’est la relation. Le méta commentaire est un moyen d’y parvenir, en posant le problème.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx