décembre 2008
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Comment Fabrice a trouvé un job

publié le 17/12/2008 par dans A la recherche d'un job, Afficher dans Marché, Afficher dans Méthode, Passer un entretien, Quel job pour moi?, Salaire

Fabrice, qui laisse souvent des commentaires sur ce blog, nous raconte comment il a trouvé un job :

« J’ai commencé ma recherche il y a 6 mois, après des études doctorales en marketing au Royaume-Uni. 
Je dressai une liste de quelques éléments qui me plairaient éventuellement (moins de cinq), soient :

  • un poste de commercial en B-to-B [business to business, c.a.d. vente à des professionnels]
  • en rapport avec l’informatique (j’avais fait un stage en SSII qui m’avait plu)
  • en rapport avec la banque ou la finance
  • qui me permette de pratiquer l’anglais (puisque c’est une de mes compétences principales)

J’ai donc postulé, essentiellement aux offres de l’Apec et de Monster. J’ai eu beaucoup d’entretiens, plusieurs fois un 2e entretien, avec près de 80% de SSII et environ 20% d’autres entreprises (intégrateurs, etc.). J’ai refusé de poursuivre le processus avec une poignée d’entreprises que je trouvais absolument pas sérieuses, proposant des vrais-faux contrats de services pour profession libérale ou alors présentant une façade un peu trop « amateur » dès le 1er entretien.

Au bout d’un moment, et sur le conseil de tiers, je me suis inscrit à l’Assedic et a l’Apec (vers le mois d’octobre). Après moult tentatives et perfectionnements de CV, je crois que j’ai fini par « casser l’armure » en prenant peut-être plus de risques et en présentant une image plus originale en entretien.

Je crois aussi, et c’est encourageant pour les jeunes diplômés, que la crise présente est une vraie chance pour eux :
j’ai eu deux propositions d’emplois fermes en deux semaines, au plus fort de la crise (en novembre), et j’ai pu choisir la meilleure, qui me comble de ravissement, puisque c’est un poste a l’export qui était initialement destinée a un profil de 3 ans d’experience commerciale et qui remplit 3 de mes 4 critères.

Avec la crise, très peu de profils déjà en poste oseraient changer de job pour aller dans une période d’essai hasardeuse en ce moment, donc les entreprises ne trouvent pas beaucoup de profils expérimentés et se rabattent naturellement sur les jeunes diplômés. Mes diplômes, mon anglais bilingue, et ma connaissance du secteur de l’entreprise au Royaume-Uni ont fait le reste (parce qu’après tout, parler anglais de manière naturelle reste rare et c’est donc un atout gigantesque  pourvu que du coté de l’employeur ce ne soit pas une pure coquetterie sur la fiche de poste, ce qui n’est pas rare, et serait même plutôt fréquent -il reste important de savoir lire entre les lignes).

Enfin, une autre lecon, plus pratique, concerne le salaire: lorsqu’on donne une fourchette, le bas doit être le vrai salaire que vous désirez, parce que c’est, rationnellement, ce que l’entreprise va vous proposer si elle vous propose quelque chose. »

Commentaire(s)

  1. « je crois que j’ai fini par “casser l’armure” en prenant peut-être plus de risques et en présentant une image plus originale en entretien. »

    C’est-à-dire ???

  2. Tengaar,

    je crois que c’est un premier ministre protestant et frise qui a utilise l’expression « je crois que j’ai fendu l’armure » a la television apres le premier tour d’une election presidentielle.
    Ca veut dire, disons, que j’ai brise cette armure que chacun porte lors de ses entretiens et qui lui fait montrer autrechose que sa vraie personnalite. On peut appeler cela de la reserve instinctive, une sorte d’austerite ou de pudeur tres personnelle qui vous pousse a etre defensif plus que de raison, et donc a presenter un rempart, un masque, une armure face au recruteur.
    Et puis un jour on se rend compte que l’armure ne permet pas de sauter les obstacles du recrutement, et qu’il vaut mieux se presenter tel quel, sous son jour meilleur, que vetu de l’armure. Autrement dit, une personnalite, ca plait ou pas. Une armure, ca deplait toujours parceque ca montre une absence de personnalite ou de motivation pour le job.

    Mais je crois que Jean-Marie explique ca mieux que moi en general (et parfois ses meilleurs clients peuvent peut-etre lui demander de le faire en real-life, j’imagine).

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires