décembre 2008
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Les questions « interdites » en entretien… et comment y répondre

publié le 15/12/2008 par dans Afficher dans Méthode, Galère, Passer un entretien

Il y a eu un débat passionné sur le forum cadres d’apec.fr sur les questions interdites en entretien et il me semble que c’est intéressant pour vous.

La Loi prévoit que les question posées par le recruteur « ne peuvent avoir comme finalité que d’apprécier sa capacité à occuper l’emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles » et le code du travail, mais aussi le code pénal, disent :  » Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement (…) en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille ou ne raison de son état de santé ou de son handicap« .

Bon, mais que se passe-t-il si une question vous est quand même posée sur votre situation de famille, par exemple, c’est assez courant et personne ne peut prétendre que ça n’a aucun rapport avec la vie professionnelle. Quoi faire ? Envoyer promener le recruteur en citant le code du travail ? Bonjour la relation… Néanmoins, vous pouvez toujours dire que vous ne voyez pas le lien avec votre capacité à occuper l’emploi. La limite, c’est une affaire très personnelle et j’ai été bien des fois surpris de ce point de vue.

Une sage précaution serait de demander au recruteur quel lien il fait, lui. Vous craignez de dire que vous êtes marié(e) (il va penser que je suis moins disponible) alors que peut-être le recruteur trouve que les personnes mariées sont plus stables. Je sais que certains d’entre vous pensent que ça ne devrait pas entrer en ligne de compte. Ceux là n’ont jamais recruté…

En voyant les choses du point de vue de l’autre, on peut sauver une situation assez compliquée. Que veut-il savoir, quel est son enjeu, son problème ? Comment lui permettre de continuer son travail alors que sa question me met mal à l’aise ? Voilà d’ailleurs à mon avis une excellente remarque : « Vos questions me gênent, car elles concernent ma vie privée.  Je me demande comment vous donner l’information dont vous avez besoin tout en préservant une certaine réserve, dont, moi, j’ai besoin. »

Manifester de l’empathie ne suppose  pas d’abandonner ses positions et c’est un puissant moyen de mieux communiquer. Em-pathie : ressentir (pathein en grec)  avec (em) (la personne en face).

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires