octobre 2008
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Quels secteurs vont être touchés par la crise?

publié le 15/10/2008 par dans Afficher dans Marché, Ca recrute...

Les nouvelles sont de plus en plus alarmantes, l’atmosphère de plus en plus lourde. Entrons-nous en récession ? Avez-vous des raisons de vous inquiéter ? J’aimerais vous dire « pas du tout, vous avez un super imperméable et vous allez passer au travers des gouttes. » Hélas, je n’ai pas de boule de cristal mais l’Apec vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle

Pour le moment, rien ne change. La courbe d’augmentation du nombre d’offres d’emploi ne s’est pas vraiment infléchie et le marché est encore tendu, avec 34 candidatures par offre, ce qui n’est guère plus que l’an dernier. Mais il est probable que les difficultés de financement vont affecter, tôt ou tard, l’activité des entreprises. D’ors et déjà, c’est le remplacement de salariés quittant leur poste (turn over, mobilité interne) qui est la première cause de recrutement, le besoin de nouvelles compétences passant au second rang. En fonction des indicateurs publiés par l’Apec, mais aussi en raisonnant, on peut essayer d’imaginer les secteurs dont le recrutement risque de fléchir et ceux qui pourraient continuer à chercher activement des talents.

– Risquent de continuer à être recruteurs , les secteurs qui aujourd’hui connaissent ou anticipent (départs en retraite massifs) des besoins très forts en renouvèlement de compétences : le BTP par exemple, est très touché par la baisse de mises en chantier, mais il a de tels besoins quantitatifs et qualitatifs, il a connu de telles difficultés à recruter que, selon moi, au moins les entreprises les plus solides vont sans doute continuer à embaucher. Les banques aussi, anticipent de grandes vagues de départs et elles doivent faire évoluer vers le haut la compétence collective dans leurs réseaux. Nonobstant les moments douloureux. Je pense que le commerce, en particulier la grande distribution (malgré la chute du « caddie moyen ») a un vrai enjeu de présence sur le terrain et de renouvèlement des cadres et devrait donc rester un débouché fiable. Dans certaines branches de l’industrie, les RH jouent un rôle clef, qu’elles soient manufacturières ou de haute technologie, celles qui sont moins immédiatement sensibles à la conjoncture. Je pense à l’agroalimentaire, à l’optique, à certains laboratoires pharmaceutiques.

– Risquent au contraire de connaitre une baisse du recrutement :
Les entreprises dont l’activité dépend plus directement de la conjoncture et/ou du financement des investissements, et dont la structure démographique est plutôt équilibrée, voire jeune. Quand ça va mal, l’intérim est le premier fusible. Ensuite, la communication et toutes les dépenses dont le retour est difficile à démontrer. Les cabinets d’ingénierie, de recherche, d’enquêtes etc. les sous-traitants les moins indispensables (on rapatrie le travail qu’on peut faire soi-même). Risquent aussi de souffrir les entreprises liées aux marchés en difficulté : les vendeurs de placements de « défiscalisation », l’immobilier, par exemple.

– Vont connaitre aussi une mer un peu formée :
Les activités qui ont de gros besoins de financement (transport, industries développant des produits très techniques, mais aussi une partie de la pharmacie…) … Alliances, fusions, les plus solides résisteront. Certains resteront gros recruteurs (besoins de fond importants) d’autres vont calmer le jeu. On sait, mais cela n’est pas lié à la crise immédiate, que l’automobile connait une mauvaise passe : Pouvoir d’achat en berne, crédits plus sélectifs. Mais ce secteur demeure un important demandeur de compétences, il est d’ailleurs aussi très courtisé …

Dans ce genre de situation, les entreprises dirigées de loin par des financiers sont sujettes à des décisions drastiques et pas toujours très stratégiques…

Mince, j’ai fait tomber ma boule de cristal. C’est tout pour ce soir, folks.

Commentaire(s)

  1. Bonjour M. Blanc,

    Pensez-vous que les SS2I vont être très impactés par la conjoncture actuelle?

  2. Laura,

    les SSII sont par definition des entreprises tres tres cycliques, mais certaines fonctions a l’interieur (commercial) ne le sont pas tant que ca. Donc oui les SSII vont etre impactees (surtout pour les informaticiens recrutes sur profil) et en particulier les salaires inouis des dernieres annee… Bon, ben, on sera dans le creux de la vague, quoi…

  3. Bonjour Monsieur Blanc et merci pour ces indications!

    On parle beaucoup de secteurs qui recrutent, mais l’autre question importante est « quelles sont les ouvertures possibles en terme de métier au sein de ces secteurs? » je pense notamment à la fonction marketing qui apparaît bouchée, surtout pour un jeune diplômé.

  4. Merci pour Fabrice pour tes indications.
    Mais tu soulèves une autre interrogation: les informaticiens recrutés sur profil? Kesaco?

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires