301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx
juin 2008
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Les stages « à côté de la plaque »

publié le 19/06/2008 par dans Afficher dans Marché, Afficher dans Méthode, Stages

Dénoncés par les uns comme une forme d’arnaque à l’emploi, vantés par les autres comme un puissant facteur d’accès à des emplois de bonne qualité, les stages sont en tous cas incontournables aujourd’hui. mais ce n’est pas évident que les entreprises et les stagiaires se rencontrent, nous rappelle cet article de l’Expansion, pour cause de missions floues, rémunérations minuscules, périodes mal choisies…

La concurrence sévit même là !

Enfin les conseils en communications, l’édition, et certains autres métiers ont encore, je les rassure, quelques beaux jours devant eux et une confortable file d’attente !

Puis-je néanmoins vous suggérer de ne pas détourner l’obligation  qui vous est éventuellement imposée de faire un stage pendant votre cursus d’études : ne réalisez pas votre stage dans un endroit peu exposé (le labo de la fac, la bibliothèque universitaire, l’administration où travaille Maman). Un stage, c’est au contraire fait pour se confronter aux réalités qui vous attendent. C’est une occasion de réaliser quelque chose, même modeste, mais concret. Avoir réorganisé l’archivage du service de facturation est plus valorisant que d’avoir observé un chef de produit à l’oeuvre en lui faisant ses photocopies.

Commentaire(s)

  1. Je tiens à vous rappeler que les grandes entreprises réservent leurs stages aux grandes écoles avec lesquelles elles ont des partenariats, si vous venez de l’université il est presque impossible de valoriser sa candidature c’est la preuve d’une sélection par l’école et non sur les compétences, un élève d’ESC vaut mieux qu’un étudiant à l’université (environ 10000 euros par an)!

  2. Hmmm, Alexandre, Peut-etre que si les entreprises preferent les grandes ecoles, c’est parcequ’elles forment et recrutent des etudiants adaptes a la vie en entreprise et donc plus competent, plus vite (contrairement a ce que vous insinuez, les grandes ecoles les plus recherchees ne sont pas les plus cheres en terme de scolarite).

  3. J’ai déjà plusieurs fois abordé la différence en effet assez grande entre les facs et les écoles face à l’entreprise, plutôt encline à recruter les jeunes gens formés -formatés aussi diront certains – comme le souligne Fabrice, à la vie en entreprise. Mais qu’Alexandre se rassure : dès qu’il saura traduire en compétences un cursus universitaire pour parler le langage que comprennent entreprises, faire le rapport avec leur besoin, il aura lui aussi toutes ses chances.
    Il faut aussi le vouloir, bien-sûr. Je sais bien que ça ne se décrète pas mais c’est difficile pour un recruteur d’avoir envie d’engager une personne qui n’a manifestement pas envie de cela (si j’avais pu, je serais prof).
    S’intéresser au monde de l’entreprise, comprendre ce qu’on y fait, le contenu des métiers, la logique et le modèle économique, permet, mla plupart du temps, de trouver ce qu’on pourrait, aimerait y faire. Et alors, c’est gagné.
    Il n’y a que le premier pas qui coute, en quelque sorte.
    Et ca, c’est vrai, les étudiants des écoles (EC et ingénieurs) y sont préparés, formés.

  4. J’ai quand même l’impression qu’il y a une sorte de fantasme de l’école d’ingénieur vis-à-vis des personnes qui sont à l’université.
    Premièrement, on n’achète pas un diplôme et on ne nous sert pas les emplois sur un plateau doré même s’il est vrai que nos réseaux sont bien construits et solides (encore faut-il s’en servir).
    Deuxièmement : un universitaire peut très bien rejoindre une école d’ingénieur.
    Troisièmement : je n’ai pas l’impression d’avoir été formatée. Oui on a le droit au traditionnel discours de « winner » à l’entrée mais cela s’arrête là. Par contre je pense que l’on a plus de travaux pratiques, encore que cela peut se discuter.

    Enfin donc plus conclure : cette guéguerre université/école me parait absurde. Tout le monde peut entrer en école d’ingé, nous ne sommes pas tous des pourris gâtés des hautes sphères et encore moins des gens qui se voient servir des emplois sur un plateau.
    Alors oui, il y en a qui se croient les maîtres du monde pour avoir fait une école de troisième zone mais franchement une fac bien cotée vaut mieux qu’une école d’ing au rabais.

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires

301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


nginx