octobre 2007
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Ca discrimine toujours autant

publié le 19/10/2007 par dans Afficher dans Marché, Galère

La Halde (la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité), qui aura 3 ans en décembre, vient de publier son rapport annuel. Les injustices au quotidien que dénonce l'institution, contre lesquelles elle lutte, ne sont pas faciles à éradiquer. Près de la moitié des plaintes qu'elle reçoit ont trait à l'emploi. C'est massivement l'origine des personnes qui est en cause (près de 40 % des plaintes). La santé et le handicap sont loin derrière (14 %), le sexe et l'age (autour de 6% chacun) sont moins importants que ce que je ne l'aurais cru. Mais on sait que la Halde établit ses rapports sur la base des plaintes qu'elle reçoit… et qu'on porte beaucoup moins souvent plainte pour des questions d'âge. Avez-vous ou avez-vous eu le sentiment que votre jeunesse vous portait préjudice dans une annonce ou face à un recruteur? Très modestement, je voudrais ajouter une petite réflexion issue de mon expérience. J'en suis témoin : presque chaque fois qu'on fait l'effort de faire taire ses préjugés, ses préventions, la surprise est bonne, le jeu en valait la chandelle. Je crois que c'est vrai pour les recruteurs comme pour les candidats. Ne prenons pas nos préjugés pour des intuitions.

Commentaire(s)

  1. Oui cela existe bien!! cel pourrit la vie des gens qui vivent et participe à la vie de la France.

    Donc, ya malaise sociale, et les conséquences psychologiques. Je sais qui discrimine,mais toutes les entreprises ne sont pas comme ça.

  2. Discrimination… le recrutement est, par essence, une discrimination. Toutefois, les recruteurs aiment à se cacher derrière leurs outils (soit disant « objectifs ») qui permettraient de dire si tel ou tel individu serait apte à occuper tel ou tel poste.
    Malheureusement, à la fin, c’est bien la subjectivité qui parle, en particulier lorsqu’on se retrouve face à 2 ou 3 individus avec un capital compétences/opérationnalité/attitude équivalent…
    Pour avoir assisté à des commissions de recrutement, j’ai été effarée d’entendre les commentaires de ceux qui, le temps d’une commission, revêtaient la cape du recruteur tout puissant.
    Il en est de même pour certaines agences , dont les chargés de recrutement avouent recruter « au feeling », juste sur un coup d’oeil…
    Le pouvoir qu’ont les recruteurs sur les candidats est énorme, et ils le font très bien sentir lors de l’entretien, en jouant parfois au chat et à la souris.
    J’en ai eu encore une fois l’expérience il y a peu de temps, en passant un entretien d’une heure, alors que , dès la première question, je savais que c’était fichu. Toutefois, j’en ai profité (rien à perdre) pour prendre le rôle du chat…
    C’est sur les compétences et la motivation (quoique cette notion reste elle aussi subjective) qu’il faut juger, pas sur la couleur de peau, le tour de poitrine, le poids ou tout autre « défaut » qui ne plairait pas aux recruteurs.
    Nos chers amis ont beau mettre aux cieux les méthodes anglo saxonnes, il semble qu’ils n’en utilisent que les aspects négatifs .
    Aux US et en UK, beaucoup d’entre eux se retrouveraient en procès pour discrimination…
    A quand l’instauration d’une réponse obligatoire et argumentée pour toute candidature à un emploi ?
    Il faudrait éduquer les recruteurs, qui ne voient plus les êtres humain qui constituent le capital et qui regorgent de compétences pas toujours utilisées à bon escient.

    Utopie, utopie…

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires