février 2015
L Ma Me J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

Archives

Voir plus d'archives

Mots-clés

Voir plus de mots clés

Qu’attendez-vous de nous ? quels sont vos besoins?

publié le 24/02/2015 par dans Afficher dans Marché

j'ai participé lundi à une réunion organisée par les responsables du contenu éditorial d'Apec.fr. Etaient   invitées quelques personnes qui étaient censées leur apporter de quoi orienter la ligne éditoriale du site dédié aux jeunes diplômés. De quoi ont besoin les jd ? 

Il y avait là trois jeunes et un garçon un peu moins jeune qui a écrit un bouquin et accompagne (bénévolement ?) des débutants dans leur quête du premier emploi, des représentants d'entreprises (RH) et des consultants de l'Apec. Pardon, il y avait moi, aussi, mais je n'ai pas dit grand chose d'intéressant. 

Pour être franc, j'ai du partir une 1/2h avant la fin mais les échanges jusque là ne m'ont pas paru très convaincants. C'est difficile, il est vrai, de déterminer ce dont ont besoin LES jeunes. 

Et eux mêmes peuvent en être éventuellement mauvais juges. Je ne sais pas ce que j'ignore, n'est-ce pas ? 

Je retiens quand même de ce qui s'est dit que lorsqu'on commence une recherche d'emploi on a besoin 

 

  • D'être guidé sur le plan pratique ( que dois-je faire concrètement et comment puis-je le faire ?) 
  • D'être écouté et pris en compte personnellement. 

Je note aussi que l'Apec n'est pas forcément identifiée comme pouvant aider. 

Et vous, en admettant que vous attendiez quelque chose de nous, sur Apec.fr, en admettant que vous nous  pensiez légitimes pour vous aider,  que nous demanderiez-vous ?

Pour compliquer un peu l'exercice, je précise que les "trucs", les recettes et autres secrets qui marchent, sont exclus.  Mis en pratique massivement, ils cessent illico d'être des trucs pour devenir des rabâchages. 

Et encore ceci : nous ne sommes pas fabriquants d'emplois. Notre rôle est d'aider à fluidifier le marché et s c'est possible à la bonne orientation et utilisation des talents.

Alors ? Dites nous. 

 

Commentaire(s)

  1. Pour bien orienter et bien utiliser les talents il faut leur dire la « vérité vraie » sur leur utilisation et leur orientation, et non pas une vérité qui peut s’avérer « partisane », même si celle-ci peut vous engager à croire qu’elle participe à « fluidifier le marché » par elle-même.

    En gros, donner les véritables avantages et inconvénients de chaque poste à qui ils peuvent être proposés. Un peu comme une (ex-)EMT, mais sur un plan beaucoup plus en amont et beaucoup plus théorie du marché du travail et de l’emploi.

    Le tout, afin de ne pas fabriquer des vrais déçus plus souvent que des faux contents majoritaires et une petite partie de vrais contents, une question de franchise et donc de respect du caractère même de JD et de ce qu’ils attendent du monde du travail pour pouvoir la lui rendre quand ils y s(er)ont…

    Ça, ce serait une véritable aide dont on a véritablement besoin, pour ma part.

  2. Je ne crois pas que nous puissions donner les « véritables avantages et inconvénients » de chaque poste. Ce n’est pas une matière très objective. Mais nous nous efforçons de décrire, dans les fiches fonctions, les conditions d’exercice et donc les éventuelles contraintes des métiers décrits.
    Je pense que cette attente est en effet assez partagée, B, et je vais en faire part à mes collègues.
    De toutes façons, je relaierai toutes les suggestions.

  3. Bonjour

    je m’excuse par avance pour le pavé que je m’apprête a écrire, je voulais vous contacter directement par mail mais je n’ai pas réussi trouver votre contact…

    j’ai decouvert votre blog il y a peu, et j’ai passé depuis beaucoup de temps à lire vos articles très interessants. Beaucoup d’entres eux me parlent énormément en tant que jeune ingénieure sur le marché de l’emploi. 

    Certains apportent quelques réponses a mes (nombreuses) questions et cela m’aide beaucoup en cette période trouble de ma vie professionnelle !

    Diplômée ingénieure en agro alimentaire, je suis arrivée sur le marché de l’emploi en juin 2013. La galère de la recherche d’emploi ne faisait que commmencer ! 

    J’ai contacté l’APEC début 2014 et j’ai été suivie par une super consultante qui m’a enormement aidé, je dirai même épaulée dans mes recherches d’emploi (élaboration du CV, lettre de motivation, cibler les offres, préparer les entretiens…)

    Elle a ete aussi un soutien moral : je suis restée deux ans au chômage. Après avoir fait 5 ans d’études dingenieur assez spécialisées (agroalimentaire et marketing) c’est tres dur de voir que personne ne veut de nous sur le marché de l’emploi. J’ai eu seulement deux entretiens d’embauche (qui n’ont pas débouché sur un emploi) durant ces deux ans

    Finalement, j’ai trouvé un job en août 2014. Je l’ai accepté car je n’avais rien d’autre mais je savais que ça ne me conviendrait pas. Bingo 6 mois après et ce malgré mon CDI  je suis déjà à la recherche d’un nouvel emploi. Je m’ennuie réellement dans mon job actuellement, je sais qu’il ny a pas de possibilité d’évolution de carrière et je n’ai pas l’impression d’utiliser mes compétences aqcuises durant ma formation et mes stages.

    Je recherche donc un nouveau job depuis début janvier. J’y passe beaucoup de temps, je cible mes recherches et m’applique sur la rédaction de mes candidatures, j’essaye aussi de faire marcher mon réseau…

    J’ai revu ma consultante récemment, nous avons eu des discussions intéressantes mais je me sens toujours aussi perdue professionnellement parlant  

    Comme je reçois en retour un flot de réponses négatives concernant mes candidatures, je me demande de plus en plus si je ne devrais pas refaire une formation. Surtout que mon job actuel ne m’apporte aucune satisfaction professionnelle comme personnelle  

    J’ai réellement l’impression d’être seule dans cette « galère professionnelle » cela me tue d’avoir fait autant d’études pour en arriver la… Je suis super motivée, je n’attends quune chose : m’investir dans des projets, partager mon expérience, travailler en équipe, gérer des projets voire même travailler à l’etranger ou avec des collaborateurs étrangers … Bref qu’on me donne enfin ma chance…

    Je me permets de laisser ce commentaire en espérant pouvoir échanger avec vous, écouter vos conseils, partager votre expérience… 

    En attendant je continue la lecture de vos articles et archives!

    Merci et à bientôt !

    Adeline 

  4. Bonjour à tous,

    Adeline, je te remercie d’avoir eu le courage et d’avoir pris le temps d’écrire ce message. Je voulais te rassurer et te dire que tu n’es absolument pas seule dans cette galère ! Figure-toi que, à quelques différences près, j’ai vécu exactement la même chose que toi dans ma recherche d’emploi :)

    Je suis diplômée depuis Janvier 2014 en économie internationale, j’ai aussi fait appel à l’APEC quelques mois plus tard, en juin 2014. Par contre, mon consultant m’a un peu moins épaulé que toi (mais un de mes anciens maîtres de stage me soutient énormément dans mes recherches) ; j’ai suivi les différents ateliers que j’ai trouvé très instructifs (et ça fait du bien de rencontrer d’autres jeunes diplômés dans la même galère ;)). J’ai pu trouver un job d’appoint à la fin de l’année 2014 et ils m’ont repris pour février 2015 mais là je suis de nouveau sans boulot, que ce soit un boulot dans mon domaine d’études ou un job alimentaire. 

    En tout, j’ai passé 7 entretiens, qui se sont tous soldés par des réponses négatives et pour des raisons différentes : parfois, parce que je n’avais pas bien réussi l’entretien, d’autres fois, souvent, parce qu’il y avait meilleur candidat. De ton côté, Adeline, sais-tu pourquoi tes deux entretiens n’ont pas débouché sur une embauche ?

    En ce qui concerne ma technique de recherche, je pense qu’on fait les choses de façon assez similaire : moi aussi, je cible beaucoup les offres auxquelles je vais répondre (je me suis créée des alertes mails sur différents sites d’emploi, je regarde aussi les offres du réseau professionnel de mon université) et j’essaye aussi de faire marcher mon réseau (j’ai notamment pu passer un entretien avec un contact de mon ancien maître de stage). J’ai également fait appel, outre l’APEC, à deux autres associations : le Café de l’Avenir et Nos Quartiers ont des Talents (NQT). L’une comme l’autre te propose de te faire parrainer par un professionnel qui donne de son temps pour t’aider à décrocher un premier emploi. Après, dans la réalité, ça dépend de la personne sur qui tu tombes :) Je suis également inscrite à Pôle Emploi mais j’avoue que mes entretiens avec mon conseiller ne m’apparaissent pas très utiles dans ma recherche… Tout comme toi, je me demande aujourd’hui si je ne devrais pas refaire une formation, mais j’ai peur de me retrouver à accumuler les diplômes et à ne pas réussir à trouver un emploi malgré tout… Je songe que je pourrais aussi faire mon service civique ou aller vivre quelques temps à l’étranger, pour avoir d’autres expériences ou trouver ma voie…!

    Pour te donner d’autres pistes, de mon côté, je tente également un concours pour rentrer dans la fonction publique. Peut-être que tu peux trouver un poste de fonctionnaire qui peut correspondre à tes attentes ? Sinon, on me conseille beaucoup de faire appel au réseau d’anciens de mon master 2, je ne m’y suis pas encore mise mais ça ne saurait tarder. 

    Quoi qu’il en soit, je te souhaite bon courage, et si tu as envie d’échanger avec moi ou que tu as des questions, il n’y a pas de souci, je reste à ta disposition :)

     

    A M. Jean-Marie Blanc, tout comme Adeline, j’ai découvert votre blog il y a quelques temps maintenant, et suis plus ou moins régulièrement les billets que vous y laissez. Je trouve que votre blog m’apporte du réconfort dans ma recherche et un autre point de vue, qui est assez souvent empreint de bienveillance (ce qui n’est pas toujours évident à trouver dans ce genre de situation…) :) 

    Pour en revenir au sujet de ce billet, à savoir ce que l’on attend de vous, je vais essayer d’expliquer le bilan de ma recherche à l’heure actuelle et mes propres besoins (qui sont peut-être aussi un peu ceux des autres jeunes diplômés en recherche d’emploi, qui sait ?) mais je ne pense malheureusement pas pouvoir énoncer d’idées concrètes… On verra par la suite. 

    Dans mon cas, et comme je l’expliquais précédemment, que ce soit via les ateliers de l’APEC, des journées coaching, les différentes associations auxquelles j’ai fait appel, le soutien d’anciens collègues/maîtres de stage, ou encore votre blog, je trouve que j’ai suffisament d’informations pour construire mon CV, ma lettre de motivation, passer des entretiens ou encore présenter mon « projet professionnel ». 

    De ce que l’on me dit par ailleurs, que ce soit suite aux entretiens ou mon entourage, je ne pense pas que ce soit ma personnalité ou mes qualités personnelles qui posent problème mais bien mon adéquation au poste en termes de compétences (je n’ai pas la compétence ou pas assez d’expérience), que ce soit en termes absolus ou relatifs (comparativement aux autres candidats, qui sont bien nombreux). 

    Ce que je conclus aujourd’hui, c’est que je ne parviens pas à savoir aujourd’hui si je suis réellement employable sur le marché du travail, et si oui, à quel niveau (beaucoup ou peu d’offres ?), dans quels secteurs, quelles entreprises, quels services, etc. et ce que je pourrais faire pour me rendre davantage employable. (A ce titre, l’outil « Potentiel Marché » de l’APEC n’a pas réellement répondu à mes attentes, dans le sens où je ne sais pas encore à l’heure actuelle quels sont les postes, les entreprises, les secteurs, qui auraient besoin de mes « talents ».) Je ne sais pas si c’est le cas pour les autres jeunes diplômés, mais si je devais le tracer à gros traits, je dirai que j’ai un profil assez généraliste et hybride (à la frontière entre le marketing et l’économie) et que je manque (cruellement) d’expériences professionnelles (j’ai deux expériences significatives, un stage de 3 mois suite à mon M1 et un autre de fin d’études de 6 mois ; tout ce qui est extra-professionnel, associatif, sont des plus qui servent à l’occasion, mais qui ne constituent pas des atouts de poids comme peuvent l’être de réelles expériences professionnelles). Aujourd’hui, je postule pour une grande part à des offres dans le domaine de l’analyse marketing ou sectorielle (qui sont des compétences que j’ai acquises lors de mes précédentes expériences), ce qui peut correspondre à des intitulés de fonctions comme « chargé de mission marketing », « chargé d’études », « assistant chef de projet marketing », « analyste marketing »… J’ai également essayé le domaine du conseil.  J’ai la sensation que chaque diplôme ne mène qu’à une certaine catégorie d’emplois : par exemple, dans mon cas, quand je dis aux gens que je rencontre que je cherche à faire de l’analyse marketing, les gens pensent spontanément aux études marketing dans le sens études du client/consommateur, ce qui ne correspond pas en réalité à mes compétences (pour un recruteur qui cherche un profil orienté « études marketing », mon profil n’est pas celui recherché). 

    Je pense donc, pour conclure, que mes grandes questions sont aujourd’hui : quels recruteurs recherchent un profil comme le mien ? Est-ce qu’il y a des postes auxquels je ne postule pas mais qui pourtant correspondent à mon profil ? Est-ce que j’ai un moyen de me rapprocher davantage des profils les plus recherchés (par une autre formation, un MOOC, autre chose ?) ? Quels sont les métiers/les fonctions au sein d’une entreprise qui correspondent à mon profil (cad mes compétences, mes qualités personnelles et mes aspirations professionnelles) ?Je me doute que vous ne pouvez pas répondre à cette question, vous non plus, (ou que vous avez besoin davantage d’informations, auquel cas je serai heureuse de vous les donner) mais si je devais formuler concrètement un besoin auquel je n’ai pas trouvé de réponse, ce serait ça.

    Ne croyez pas que je vous demande la lune, loin de là, j’espère simplement que mon commentaire peut faire avancer la réflexion et je reste bien évidemment à votre disposition pour échanger sur le sujet :)

    Bien à vous,

    Sara

  5. Adeline, (et Sara, aussi)
    On est toujours trop seul(e) dans sa recherche d’emploi, je crois. Partager avec d’autres, entrer dans un réseau de personnes qui ont le même genre e questions et de difficultés est un bon moyen de palier cette solitude de base, mais je crois que ce n’est pas une réponse absolue. ON est en effet bien seul(e).
    En fait je ne comprends pas ce qui vous donne cette impression d’être perdue.
    Je vais essayer d’écrire un billet sur la question de la « désorientation, que je sens chez pas mal de gens. Restez avec nous, on avancera ensemble !

  6. (Je m’excuse pour avoir écrit autant, ce n’était pas aussi compact quand je l’ai rédigé…)

    Pour la sensation d’être perdu, je pense que ça vient du fait qu’on a l’impression de faire et d’avoir fait énormément d’efforts et pourtant, il n’y a aucun résultat (on ne trouve pas d’emploi à la hauteur de nos aspirations). 

    Merci pour votre prompte réponse. J’attends vos prochains billets :)

  7. SAra
    Voyez aussi a réponse que j’ai faite à Adeline.
    Soyez, d’ailleurs toutes les deux remerciées de ces choses gentilles que vous dites au sujet de ce blog.
    Je ne crois pas qu’on puisse vous donner de réponse claire à vos questions :
    – qui a besoin de mon profil et « Est-ce qu’il y a des postes auxquels je ne postule pas mais qui pourtant correspondent à mon profil ? -> oui sûrement, il faut perfectionner en permanence la requête sur les bases de données.
    Est-ce que j’ai un moyen de me rapprocher davantage des profils les plus recherchés ? (par une autre formation, un MOOC, autre chose ?) je vais essayer de répondre à ça dans un prochain billet
    – Quels sont les métiers/les fonctions au sein d’une entreprise qui correspondent à mon profil (cad mes compétences, mes qualités personnelles et mes aspirations professionnelles) ? -> je crois que la question est mal formulée. la définition de fonctions, de postes ou de métiers n’est, de loin pas, stabilisée et « déposée », universelle. L’intitulé de la fonction est à oublier. En revanche, avoir fait le point sur les missions que vous pouvez prendre en charge, les contributions à proposer, les besoins auxquels vous répondriez, ça c’est faisable et important.

  8. A Jean-Marie : Je vous remercie pour votre mail ! Je ne vais pas tarder a vous répondre car j’aimerais partager mon expérience (un peu « complexe »!) avec vous et si c’est possible écouter vos conseils qui me seront sans doute très utiles !

    A Sara : merci beaucoup pour ton partage d’expérience !

    C’est ce que j’ai aussi beaucoup aimé lors des entretiens a l’APEC : rencontrer d’autres jeunes diplômes (ou des plus anciens en reconversion ou en recherche d’emploi), partager nos expériences, nos sources, nos bons plans, nos difficultés et nos parcours. Personnellement ça m’a beaucoup aidée. Je vais aborder un point très bête mais le fait d’aller aux ateliers me motivait..je m’explique : je me préparais, m’habillais comme si j’allais au taff. C’est un peu idiot mais quand on a accumulé 2 ans de chômage et des ptits boulots ca fait du bien…(oui j’en étais rendue a ce point la!)

    Le plus difficile pour moi lors de ces entretiens : me rendre compte qu’il y avait quand même beaucoup de jeunes diplômes d’école de commerce qui cherchaient en taff en agroalimentaire…. Et qui avaient déjà fait de beaux stages (Lactalis, Danone, Lustucru…) (je ne dis pas que ces boîtes sont bien, je ne rêve pas d’y bosser bien au contraire! Cependant sur un CV j’ai compris a force que « ça fait bien » « c’est vendeur » d’avoir bossé dans ce genre de boîtes…)

    donc j’ai ainsi pu comprendre le gros problème de mon cv ! Le marketing en agroalimentaire c’est bien mais y’a largement assez de candidats sur le marché (je parle des écoles de commerce notamment). Alors même si le marketing que j’ai appris est spécialisé et appliqué au domaine de l’agroalimentaire ça n’intéresse pas tant que ça les recruteurs. Surtout qu’en face ils ont l’un vaste éventail de candidats avec des cv intéressants. 

    Du coup je me retrouve actuellement dans l’impasse. Pour répondre a ta question concernant mes deux entretiens « loupés » : on ne m’a pas choisi pour deux raisons différentes :

    – le premier entretien dans une boîte dans les Vosges : tout s’était très très bien passé. Je le sentais bien parti. On avait abordé les missions le salaire, l’environnement de travail j’avais même rencontré les futurs collègues on avait discuté plus d’une heure sur les dernières innovations et tendances du marché… Sauf qu’à la fin ils ont bcp bcp bcp insisté sur « mes attaches » (ma vie perso en gros) au bout de deux heures d’entretien a 2 minutes de la fin j’ai craqué : j’ai dit que j’étais maman mais que si j’avais le poste je viendrais m’installer dans la région avec ma fille avec motivation et enthousiasme. ( première leçon de toute ma recherche d’emploi : ne jamais dire ça) ça a jeté un froid. On ne m’a pas donné de raison mais on ne m’a pas prise. 

    – le deuxième entretien pour une boîte près de Montpellier : très bien engagé (pareil: deux entretiens skype puis un entretien sur Montpellier) on ne m’a pas prise car la personne en face de moi avait un profil plus en adéquation avec le poste (j’imagine car la aussi on ne m’a pas donné de raisons…)

    Voilà un peu pour mes expériences. 

    Aujoirdhui comme je l’ai dit je bosse mais je considère ça comme du chômage rémunéré. C’est la corvée d’y aller chaque matin et je fais ça uniquement pour payer mon loyer et nourrir ma fille. (C’est un job en qualité et certification en agroalimentaire, en gros je fais des audits qualité en entreprises)

    Avoir fait une école d’ingénieur, 3 stages de 6 mois chacun en entreprises agroalimentaires …pour ça, c’est ça que je veux dire par « je me sens perdue »

    je me sens perdue car aujourd’hui je ne sais plus vers qui (entreprises / recruteurs) me tourner, comment valoriser mon cv (est il encore valorisable d’ailleurs?) (il y a pleins de jeunes diplômes avec de bons cv qui arrivent sur le marché chaque année), trouver encore la motivation de postuler a des offres (sachant que j’ai déjà du envoyer 200 candidatures depuis le début de mes recherches…), espérer trouver un job dans lequel je pourrais enfin m’épanouir…

    comme toi Sara je me demande aussi si je postule aux bonnes offres? Peut être que certains postes pourraient convenir a mon cv et mes compétences mais je n’y pense pas ou je ne le sais tout simplement pas… Aujourd’hui j’ai abandonné les offres de chef de produits et responsable R&D ou marketing. Je reçois systématiquement une réponse négative (pourtant c’est typiquement le genre de poste pour lequel je suis formée et qui m’intéresserait vraiment!)

    dois je tourner la page et reprendre des études a zéro?

    dois je refaire un master en marketing (avec un stage) pour me relancer sur le marche de l’emploi?

    dois je fouiller du côté de l’étranger?

    dois je me tourner du côté de la recherche (thèse, post doc…)? (Mais ça ma branche pas du tout..)

    dois je tout plaquer et repartir sur un job diffenrent de ma formation mais plus porteur en terme d’emplois (type: vente en magasin, instit…)?

    Du coup c’est une remise en question complète (professionnelle et personnelle) que j’ai entamée depuis qqs mois

    jaimerais d’ailleurs pouvoir faire un bilan de compétences (mais je ne sais pas trop ou ni comment) afin de me réorienter du mieux possible (en fonction de mes envies professionnelles, mes compétences, mais aussi du marché!)

    J’espère avoir trouvé une réponse ou au moins un début de réponse a tout cela d’ici fin 2015. Parce que pour le moment c’est le flou total !

    desolee pour le pavé et  encore merci pour ces échanges ! 

     

     

  9. bjr je ne crois pas qu’il  y ait vraiment une spécificité des jeunes par rapport à une recherche d’emploi (et pourtant j’ai été directrice de mission locale !!) il y a juste un DE  qui a besoin d’être guidé sur la façon de faire un C, V, sur la lettre de motivation, de savoir vers quelles entreprises se tourner en fonction de son profil  :savoir être/ faire etc … besoin d’une personne référente pour le booster les jours de relâche. de le rassurer les jours où il doute .. de savoir quelles compétences peuvent être transférable sur éventuellement un autre domaine  pour élargir ses domaines de recherches en fonction du marché … et cela s’est vrai à tout âge même pour un senior (oups là c’est de ma catégorie dont il s’agit !!! )  car en fait la différence est sans doute uniquement là : l’état crée des mesures spécifiques par catégories jeunes/ senior/ femmes etc etc … mais devant l’absence d’offres la peur est la même, les doutes s’accumulent au fur et à mesure que les mois d’inscription s’allongent , que les droits  aux allocations s’amenuisent … voilà 

  10. J’ai réellement de la peine en lisant ces messages.

    Je pense que l’APEC fait réellement un bon travail ou du moins ce qui est possible de faire en une période économique aussi mauvaise.

    Pour ma part j’ai fait le choix le l’expatriation après 6 mois de chômage et je pense que c’est la meilleure décision que j’ai prise.

    Ne vous fatiguez pas a savoir le pourquoi du comment vos candidatures n’aboutissent pas alors qu’elles sont bien ficelées.

    C’est la situation actuelle qui est particulièrement mauvaise.

    Si je peux me permettre de donner un conseil : FUYEZ. Tant qu’il est encore temps et si vous pouvez vous le permettre.

    Il n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour s’apercevoir que l’herbe est plus verte ailleurs.

  11. A aurore : je me permets de vous demander dans quel secteur travaillez vous? Dans quel pays vous êtes vous expatriée?

    personnellement, j’ai déjà pensé partir… J’ai cherche des offres d’emploi en Suisse, Canada et en Allemagne (je parle Anglais) 

    je trouve ça difficile de chercher des offres d’emploi sur internet dans d’autres pays. Je ne connais peut être pas les bons sites…Même les candidatures VIE me paraissent aussi difficiles a obtenir (ils demandent souvent bcp d’expériences, et de parler plusieurs langues…)

    si vous avez des bons plans (sites d’offres d’emploi…) je suis preneuse !

  12. Au Québec 3 sites majeurs :
    – celui d’Emploi Québec,
    – jobboom
    – Monster Canada

    Par ailleurs nous publions des offres proposées par des entreprises québécoises à l’occasion des missions de recrutements il sont organisées en France par Québec International (région de Québec) et l’office d’immigration de la belle province
    Voyez ici http://www.journeesquebec.gouv.qc.ca

Ajouter un commentaire

* champs obligatoires